Tag Archive | Réunion

Air Austral modernise son image et met en avant la Réunion

Nombreuses sont les compagnies qui ont repensé leur image ces dernières années pour se moderniser et coller aux nouveaux standards mondiaux. Après une restructuration réussie, Air Austral a à son tour présenté courant septembre les nouvelles couleurs qu’elle adoptera très bientôt. A l’occasion d’une rencontre avec la compagnie au salon du tourisme IFTM Top Résa, je vous propose de revenir sur ces changements.

Le salon Top Résa, salon professionnel du tourisme, s’est tenu comme chaque année à Paris en septembre. Sur les précédentes éditions, Air Austral disposait d’un stand relativement modeste, intégré parfois fin à celui de l’Office du Tourisme Réunionnais et pour cause. Les dernières années ont été dures pour la compagnie et ont nécessité des réorganisations pour ressortir la tête de l’eau. Mais ces temps difficiles semblent désormais révolus. Air Austral est de retour à l’équilibre et a même renoué avec les profits en présentant un bénéfice net de 8,4 millions d’euros au titre de l’exercice 2013-2014. Le volet économique de la restructuration passé, il fallait faire place à un renouveau de l’identité visuelle pour réaffirmer ses valeurs. Ce fut chose faite quelques jours avant Top Résa.

Le stand de la compagnie sur le salon a ainsi été l’occasion pour elle d’arborer ses nouvelles couleurs, et quel stand ! Rien à voir avec les éditions passées, beaucoup de personnes de la compagnie étaient présentes, de belles photos de la Réunion en grand… Bref, on avait qu’une seule envie, aller à leur rencontre pour en savoir plus  ! J’ai d’ailleurs été très bien accueillie par les responsables communication qui m’ont présenté la nouvelle identité d’Air Austral avec beaucoup de plaisir et de fierté !

Le logo tout d’abord est toujours composé de deux A comme depuis les origines de la compagnie. Mais cette fois-ci les deux lettres sont enlacées et représentent un coeur (un coeur qui bat dans les spots télévisuels). On y retrouve la symbolique du lien de la compagnie avec la Réunion mais aussi ses valeurs d’excellence, proximité, modernité, ouverture et confiance.

Ancien logo et nouveau logo Air Austral

Ancien logo et nouveau logo Air Austral

Côté livrée, on a découvert avec bonheur que ce sont les magnifiques photos de Serge Gélabert (photogtaphe incontournable de la Réunion) qui habilleront les empennages avec : les cirques, les cascades, le volcan et les rives du sud sauvage. Une belle façon de rendre hommage à la beauté des paysages de l’île intense ! Le premier 777 présentant la nouvelle livrée arrivera à Paris le 26 novembre prochain; puis tous les appareils de la flotte seront mis aux nouvelles couleurs progressivement en 2015. A noter également sur le fuselage la présence du logo de l’Ile de la Réunion.

La nouvelle livrée Air Austral sur un Boeing 777 © Air Austral

La nouvelle livrée Air Austral sur un Boeing 777 © Air Austral

UU long

Adaptation de la nouvelle livrée sur la flotte long-courrier © Air Austral

UU Court

Adaptation de la nouvelle livrée sur la flotte court- et moyen-courrier © Air Austral

Enfin, si les sièges ne changent pas, les cabines font malgré tout peau neuve ! Une thématisation des différentes classes apparaît, reprenant elle aussi des symboles forts de la Réunion : la fleur de canne à sucre, la palme et la fleur de vanille.

Nouvelles thématiques des classes Air Austral © Air Austral

Nouvelles thématiques des classes Air Austral © Air Austral

Les services et prestations offertes évolueront également dès décembre avec notamment pour toutes les classes un plus large choix de vidéo à la demande avec 50 films et 100 canaux audio disponibles mais aussi la possibilité de télécharger numériquement la presse et des magazines. En Club Austral et Confort, les passagers profiteront également d’une nouvelle vaisselle en porcelaine. Bien d’autres nouveaux services seront encore à découvrir à bord !

Pour terminer, j’aimerais remercier les personnes de la compagnie très agréables et bravo Air Austral pour le chemin parcouru en peu de temps ! Je vous quitte avec le spot de la nouvelle identité et vivement le 26 novembre !

Vidéo Air Austral © Air Austral

Retour sur Top Résa, LE salon dédié au tourisme et au voyage ! (2/2)

Comme je vous l’annonçais dans le précédent billet (oui je sais, il date, mais le fait est que mon emploi du temps est plutôt chargé, je préfère donc distiller les articles dans le temps pour ne pas faire des choses de moins bonne qualité 🙂 ), je vais vous parler rapidement dans ce deuxième billet de rencontres à Top Résa, deux précisément, faites avec des hôteliers.

Ces deux groupes ont tous deux un rapport avec la Réunion. Si vous suivez un peu le blog, vous savez que je suis une inconditionnelle de cette île et si vous réfléchissez à la prochaine destination de vos vacances, n’hésitez pas, partez à la découverte de l’Ile intense 🙂 La Réunion justement a eu droit à un magnifique stand rien que pour elle sur Top Résa. Y étaient présents tous les loueurs de voitures de l’île, les prestataires de tour en hélicoptère, Air Austral la compagnie aérienne de l’Ile et donc, les hôteliers.

Le stand de l'Ile de la Réunion - Sophie Figenwald

Le stand de l’Ile de la Réunion – Sophie Figenwald

DSCN0655

Affiche géante à la gloire du Maloya, danse créole typique

Ainsi, le premier groupe hôtelier que j’ai rencontré est le groupe LUX dont voici le site Internet. Il s’agit d’hôtels de luxe dans l’Océan Indien possédant notamment deux hôtels à la Réunion. Pour ceux qui connaissent Les Villas du Lagon/Le Grand Hôtel du Lagon et bien sachez que ce nom est révolu. On dit désormais « LUX Ile de la Réunion« . En effet, le groupe LUX, anciennement le groupe Naiade Resorts, a décidé de renommer l’ensemble de ses hôtels 5 étoiles LUX – suivi du nom de la destination. Rappelons que LUX Ile de la Réunion est l’un des deux seuls 5 étoiles de l’Ile intense (le second est présenté plus bas). Le deuxième hôtel du groupe LUX est Le récif, qui n’a donc pas changé de nom et qui se trouve également à Saint-Gilles, LA station balnéaire de la côte Ouest. Il faut aussi préciser qu’au-delà du changement de nom, Le LUX Ile de la Réunion s’est aussi offert un petit lifting. Les espaces communs ont été rénovés pour adopter une décoration plus contemporaine qu’auparavant.

LUX Ile de la Réunion - © luxislandresorts.com

LUX Ile de la Réunion – © luxislandresorts.com

Et puis la deuxième rencontre marquante de ce salon a été celle du Groupe Hotels & Co qui gère deux hôtels à la Réunion dont le fameux récent Palm Hotel et Spa situé à Petite-Ile dans le Sud de l’Ile. Discuter avec les représentantes du groupe a été un réel plaisir. En effet, ayant eu l’occasion de séjourner à plusieurs reprises dans le deuxième hôtel du groupe se trouvant à Saint-Leu, à savoir L’Iloha (3 étoiles), je me suis replongée avec grand plaisir dans l’ambiance de cet hôtel. Ca a été l’occasion de discuter des nouveautés de l’hôtel qui s’est agrandi et propose désormais un deuxième restaurant. Il faut savoir que l’hôtel dispose de chambres traditionnelles mais aussi de nombreux bungalows pouvant accueillir jusqu’à 6 personnes et équipés d’une cuisine. Des hébergements on ne peut plus agréables et situés en plus dans un beau parc herboré, le tout avec une magnifique vue sur la baie de Saint-Leu. Le matin, il n’est d’ailleurs pas rare d’observer les premiers parapentes qui descendent vers la plage. En somme, le groupe Hotels & Co a non-seulement investi dans la construction d’un très beau 5 étoiles dans le Sud de l’Ile, région géographique généralement délaissée pour cause de mauvaise météo et en plus, il modernise et agrandit l’Iloha qui connaît un franc succès pour sa localisation idéale: Saint-Leu, à l’écart de tous les hôtels de la station balnéaire de Saint-Gilles et à mi-distance entre le Nord et le Sud de l’Ile. Rien de plus à dire que « bravo » et merci pour votre accueil sur le stand !

Vous trouverez le site Internet de l’Iloha ici et celui du Palm ici !

Piscine principale et vue sur le restaurant de l'Iloha

Piscine principale et vue sur le restaurant de l’Iloha

Palm Hotel & Spa

Palm Hotel & Spa – piscines avec vue sur l’Océan Indien

Je n’ai pas eu le temps de discuter avec d’autres exposants de la Réunion, la fin de la journée étant arrivée mais ces deux rencontres ont été très intéressantes.

Ainsi s’achève ce deuxième article consacré à ma visite du salon Top Résa. J’espère qu’il vous aura été agréable 🙂

Et vous, avez-vous déjà séjourné à la Réunion ? Dans quel hôtel ?

Le directoire de Gérard Ethève démissionne, quel avenir pour Air Austral ?

Air Austral, la compagnie réunionnaise, connaît des difficultés internes depuis quelques temps. Son PDG qui est aussi son fondateur, Gérard Ethève, a toujours mené la compagnie d’une main de fer. Ce soir, on apprend par les sites d’informations locales, Zinfos974.com et Clicanoo.re, qu’un coup de théâtre a eu lieu lors du conseil d’administration du jour. L’ensemble du directoire a annoncé sa démission. 

Boeing 777 Air Austral en roulage à Saint-Denis de la Réunion © Sophie Figenwald

L’annonce est donc tombée en fin d’après-midi. L’ensemble du directoire de Gérard Ethève a remis sa démission (effective au 30 juin) à l’occasion d’un conseil d’administration durant lequel devait être rendu public un audit des comptes de la compagnie pour le 3e trimestre 2011-2012. La publication de cet audit est reportée apparemment d’une dizaine de jours.

Une démission, mais dans quel cadre ?

Le magazine Capital a publié très récemment (magazine encore en kiosque d’ailleurs) une enquête sur la gestion de la compagnie. Gérard Ethève avait réagi à celle-ci il y a quelques jours en dénonçant un « complot« . Selon lui, les difficultés de la compagnie ne sont dues qu’à la crise ambiante. Pourtant, nul doute que la compagnie connaît une crise interne, liée notamment à la gestion de son président.

Premier problème : les affaires de harcèlement moral qui se succèdent. La dernière en date a fait l’actualité de la compagnie au mois de mars alors même que Gérard Ethève ainsi qu’Air Austral elle-même ont été condamnés pour des faits de même nature l’année dernière : mise en isolement d’une employée, exercice de pressions, changements récurrents de service… forçant les victimes à se mettre en arrêt de travail puis à quitter l’entreprise. Ces différentes affaires dans lesquelles les plaignants ont toujours eu gain de cause mettent en exergue un malaise interne non-négligeable.

A cela s’ajoutent des problèmes financiers. Comme le souligne Capital, Air Austral avait pourtant tout pour réussir avec un trafic sur la ligne Réunion-Paris en hausse, jusqu’à devancer Air France. Mais voilà, son PDG a voulu investir dans de nouveaux grands appareils (sans compter les deux A380 commandés et payés en 2009 dans l’objectif de créer une compagnie moins cher « Outre Mer 380 » offrant des liaisons entre Paris et la Réunion; projet finalement tombé à l’eau) et ouvrir des nouvelles lignes dans l’Océan Indien vers la Thaïlande et la Nouvelle-Calédonie, sans prendre en compte la demande réelle pour ces destinations. Les résultats ne se sont pas faits attendre : des avions qui volent sans être remplis et des pertes de 30 millions d’euros attendues pour l’exercice 2011-2012.

L’annonce de la démission du directoire semble cependant avoir surpris tout le Conseil de surveillance, qui avait d’ailleurs refusé une première démission en février dernier. Une chose est sûre, elle signe le début d’une nouvelle ère. Gérard Ethève a toujours dirigé la compagnie comme il l’entendait et la quitte désormais en pleine tourmente. Certains seront sûrement soulagés, d’autres dans l’attente de savoir qui prendra le relai et comment la succession va se passer. Il semble en revanche incontournable qu’Air Austral passe par un plan d’action sociale. Sa structure sera peut-être repensée, les rôles plus équilibrés, les prises de décision plus concertées. La page Ethève se tourne, quel sera désormais l’avenir de la compagnie ?

Zoom sur l’aéroport de la Réunion, au coeur de l’Océan Indien

L’Ile de la Réunion est souvent appelée « l’Ile Intense ». Pourquoi ? Il suffit de voir ses paysages, ses cirques, ses volcans… Mais finalement, la première fois que vous admirez sa beauté si vous n’y êtes pas né, c’est par le hublot d’un avion, après 11 heures de vol. Et votre premier contact avec l’île, une fois que l’avion a atterri à Saint-Denis (le chef-lieu de la Réunion), c’est l’aéroport Gillot-Roland-Garros. Je vous propose de découvrir dans ce billet le déroulement de votre arrivée et de votre départ en tant que passager avant de nous attarder quelques instants sur quelques chiffres et spécificités de cet aéroport.

L’expérience passager

Pour vous mettre dans l’ambiance, rien de tel que de regarder une petite vidéo d’un atterrissage à la Réunion; l’une de mes vidéos préférées tant on s’y croirait. Il ne manque plus que l’annonce « Mesdames et messieurs, il est 7 heures passés de 22 minutes et nous venons d’atterrir à la Réunion. La température extérieure est de 22°c. Veuillez conserver votre ceinture attachée jusqu’à l’extinction de la consigne lumineuse… ».

Atterrissage B747-400 Corsairfly à St Denis de la Réunion © Sophie Figenwald

Vous voilà donc arrivé. Si vous arrivez en été, c’est-à-dire aux alentours des mois de décembre, janvier ou février (et oui, nous sommes dans l’hémisphère sud!), vous serez sûrement frappé par la chaleur et l’humidité ambiantes dans les passerelles de débarquement vitrées qui ne sont pas climatisées le matin. Ca vous changera de la climatisation et de l’air sec de l’avion, et puis c’est ça l’été austral ! 🙂

Après quelques mètres, vous arrivez devant un escalier qui vous mène directement aux postes de contrôle douanier et aux tapis bagages. Depuis 2010, vous avez de la chance, plus de contrôle d’identité. (Ce moment-là ressemblait à de la torture. Imaginez-vous, fatigué après un vol de nuit et coincé avec 400 autres passagers agglutinés devant les 4 postes de contrôle alors que vous n’avez qu’une hâte, récupérez vos bagages et sortir de là).

Une fois les bagages récupérés, direction la sortie dans le hall de l’aéroport. Vous trouverez de suite en face de vous les comptoirs des agences de voyage et plus à gauche, ceux des compagnies aériennes qui desservent la Réunion, Air Austral, Air France, Air Madagascar, Air Mauritius et Corsairfly.

La façade extérieure de l’aéroport étant constituée d’immenses baies vitrées, dès que vous sortez de la salle de récupération des bagages, vous vous trouvez face à l’île dans toute sa splendeur. Et en quelques instants, vous voilà au-dehors de l’aérogare, à respirer l’air marin avec devant vous les sublimes reliefs de la Réunion. C’est aussi là que se trouvent les loueurs de voitures (moyen de transport quasiment indispensable pour véritablement découvrir l’île), dans le petit bâtiment blanc en face à droite.

Vue en sortant de l'aérogare, loueurs de voiture sur la droite de la photo © Sophie Figenwald

Vue en sortant de l'aérogare, les loueurs de voiture sont sur la droite de la photo (pancarte jaune) © Sophie Figenwald

Extérieur de l'aéroport de Saint-Denis de la Réunion © Sophie Figenwald

Lorsque vous repartirez (si vous repartez du moins !), les comptoirs d’enregistrement se trouvent au même niveau que celui des arrivées, à l’autre bout de l’aérogare. Au milieu de ce grand hall se trouve le passage pour l’embarquement.

Au premier étage, vous trouverez quelques boutiques typiques ainsi que des salles d’attente, un bar, une brasserie et une terrasse surplombant la piste.

Vue sur le tarmac depuis la terrasse © Sophie Figenwald

Décollage d'un Air Mauritius A340 depuis la terrasse © Sophie Figenwald

L’aéroport Roland Garros n’est évidemment pas immense mais les installations sont récentes et agréables. Un restaurant gastronomique panoramique se trouve également dans l’aéroport, je n’ai jamais eu l’occasion de l’essayer mais si vous le pouvez, c’est à faire à mon avis !

Roland Garros en quelques chiffres

L’aéroport de la Réunion est le 11e aéroport français en termes de trafic. Il a accueilli en 2011 plus de 2 millions de passagers, ce qui fait de lui également le premier aéroport d’Outre-Mer.

Il s’agit d’un aéroport particulièrement adapté aux gros porteurs (A380 compris): deux pistes dont l’une de 3 200 mètres, 8 postes de stationnements dédiés, 6 passerelles télescopiques vitrées et climatisées, 4 carrousels de tri bagages. Deux arrivées et deux départs de gros porteurs peuvent être gérés simultanément.

Les destinations desservies depuis Saint-Denis sont diverses. En voici quelques unes : l’île Maurice, Dzaoudzi (Mayotte), Mahe (Seychelles), Tananarive ou Nosy Be (Madagascar), Diego, Johannesbourg, Sydney, Bangkok, Nouméa et bien sûr la métropole avec entre autres Paris, Lyon et Toulouse.

Roland Garros peut également traiter jusqu’à 40 000 tonnes de fret par an et dispose d’infrastructures dédiées à cette activité : 8 000 mètres carrés de magasins et d’entrepôts, une station animalière, un poste d’inspection…

Air France Cargo B747-400F dans la zone de fret de Roland Garros © Sophie Figenwald

Ce n’est que depuis le 14 juin 2011 que l’aéroport s’appelle officiellement « Roland Garros » du nom du célèbre aviateur né à Saint-Denis de la Réunion en 1888.

Enfin, il faut savoir que Gillot n’est pas le seul aéroport de l’île. L’aéroport de Pierrefonds à Saint-Pierre est situé plus au sud et est desservi principalement par Air Austral et Air Mauritius qui y opèrent des vols intra-Océan Indien.

Pour plus d’informations, voici le site internet de l’aéroport Aéroport Roland Garros de la Réunion .

J’espère que vous avez apprécié ce petit voyage dans l’Océan Indien ! Pour ma part, je rentre avec le vol Air France du soir 😉

B777 Air France peu avant le décollage de Gillot pour Paris-Orly © Sophie Figenwald