Tag Archive | CDG

Retour sur le vol inaugural du 1er Boeing 787 Air France

Embarquer sur un vol Paris -> Paris, une hérésie ? Pas pour un(e) passionné(e) ! Et surtout quand il s’agit de découvrir en avant-première, lors d’un vol inaugural, le 1er Boeing 787 de la compagnie Air France ! 1 an après avoir dit adieu à ses Boeings 747 avec 2 vols-boucle, la compagnie nationale tricolore a célébré l’arrivée de son 1er 787 le temps de 4 vols-boucle, uniques et mémorables.

Retour lundi 28/11/2016, jour de la mise en vente des billets pour ces vols si spéciaux. A 10h du matin, Air France diffusait sur ses réseaux sociaux le lien vers le site dédié à la vente. Là où tout s’était fait par téléphone pour le 747, le 787 a droit à son site internet dédié. En quelques clics, j’ai choisi la boucle du dimanche après-midi 8 janvier qui effectuait un tour de France. La possibilité est même donnée de choisir sa place, je sélectionne naturellement une place au hublot, le siège 20A. Le prix de ce vol était de 249€ en classe Economique, 349€ en classe Economy Premium et de 787€ en classe Affaires.

img_4680Après un peu plus d’un mois d’attente, le grand jour arrive. Je prends la direction du terminal 2E où les passagers avaient rendez-vous en zone 10 pour s’enregistrer et récupérer leur carte d’embarquement. J’arrive à l’aéroport sur les coups de 11h. L’agent d’escale très souriante me remet le précieux sésame, customisé pour l’événement & accompagné d’une petite brochure sur l’avion et ses classes.

Je rejoins ensuite la file du contrôle de la PAF. Il y avait énormément de monde à cette heure-ci mais heureusement, à vol exceptionnel, traitement exceptionnel, nous étions invités à emprunter la file SkyPriority. Une vingtaine de minutes plus tard, me voici dans la navette automatique reliant les Halls K, L et M. Notre vol part du Hall M, dans le Satellite S4 inauguré en juin 2012 (retrouvez l’article sur l’inauguration de cet espace en cliquant ici). L’heure tourne et il n’est pas loin de 12h quand je passe le Poste d’Inspection Filtrage. Là encore, les passagers du vol AF789 sont invités à emprunter une file dédiée pour gagner du temps. Cette dernière formalité passée, je me rends en toute hâte à notre porte d’embarquement M44.

img_7220

Première surprise de ce vol, comme cela était annoncé à la réservation, une séance photo au pied de l’avion était organisée avec le photographe Sacha Goldberger. L’avion était en effet entouré de projecteurs, quelle star ! Malheureusement, seuls 80 passagers ont pu bénéficier de cette photo unique sur le tarmac. Nous étions de nombreux déçus mais il est compréhensible que l’accès à la piste ait été rationné. Peut-être aurait-il fallu que ce soit communiqué très clairement  dès le départ ? En tous les cas, pour nous faire patienter avant l’embarquement, deux bars à eau / jus de fruit / café étaient positionnés en porte. L’attente était également le moment idéal pour prendre quelques clichés du nouveau bijou.

img_7222

img_7223

img_4695L’embarquement a débuté vers 13h15. Avant de rejoindre la passerelle menant à l’avion, nous sommes accueillis par des agents Air France tenant des pancartes de bienvenue avec un grand sourire, sympathique ! Encore un signe que ce vol ne ressemble à aucun autre 🙂

A l’entrée dans l’avion, les personnels naviguant nous saluent, je rejoins mon siège 20A. Un sac en toile customisé pour l’événement m’y attend ! A l’intérieur, quelques goodies comme une très jolie casquette, des autocollants ou encore une chiffonnette pour les écrans. L’embarquement aura été rapide, une vingtaine de minutes à peine. Les portes se ferment et l’avion se fait délicatement repousser. Nous visionnons les consignes de sécurité sur le grand écran Panasonic qui équipe les sièges de la classe Economique de ce Boeing 787. La taille et la résolution de ces écrans est vraiment appréciable et à des années-lumières de ce qui se faisait jusque-là chez Air France.

Après les consignes, nouvelle surprise : c’est Gérard Feldzer, ancien pilote Air France & chroniqueur expert et passionné d’aéronautique qui prend le micro pour se présenter et nous annoncer qu’il sera notre conférencier de bord et qu’il répondra à nos questions sur ce nouvel avion pour Air France.

Et après ces quelques mots, alors que le menu du vol nous est distribué, c’est une nouvelle vidéo qui débute : celle d’un autre ancien pilote d’Air France, aujourd’hui astronaute à bord de la Station Spatiale Internationale, Thomas Pesquet. Se voir souhaiter la bienvenue à bord et un bon vol de la part d’un astronaute, un bel honneur et un beau clin d’oeil, merci Thomas ! Pour que vous puissiez en profiter également, je vous ai filmé son message :

Nous voici alors en bout de piste, prêts à nous envoler pour ce tour de France. Le Dreamliner accélère, tout en douceur, quasiment sans un bruit avant de s’arracher du bitume. Certes nous n’étions que peu chargés puisqu’il n’y avait aucun bagage en soute, mais tout de même, cet avion est réputé pour être silencieux. Je vous propose de retrouver ma vidéo du décollage ci-dessous :

La météo était particulièrement triste ce 8 janvier, avec un plafond nuageux très bas et de la pluie. Nous étions tous contents de passer au-dessus de la couche nuageuse et d’y trouver le soleil ! Après le décollage, Gérard Feldzer reprend le micro pour nous donner d’autres informations sur l’avion et nous annoncer qu’il fera un tour dans la cabine pour répondre à nos questions. Dès que le signal lumineux « attachez vos ceintures » s’éteint, plusieurs passagers commencent à se lever pour circuler dans l’avion. Le ton est donné : ce n’est pas un vol comme les autres et nous pourrons nous déplacer librement pour découvrir l’avion et bavarder entre passionnés et avec l’équipage ! Mais avant toute chose, tout le monde est invité à regagner sa place pour que la collation puisse être servie. En attendant que le service débute, j’apprécie la vue par les grands hublots alors que nous faisons route vers l’Est et plus particulièrement vers les Alpes. Après une vingtaine de minutes de vol, je distingue déjà au loin quelques sommets enneigés se détachant des nuages. La lune s’invite également dans le paysage.

img_7267

img_7254

img_7252Nous sommes servis au moment où nous commençons le survol des Alpes. Je savoure donc un verre de Champagne ainsi que la collation du jour – sandwich comté-jambon-beurre-moutarde / mini-flan tomates-basilic / financier à la praline rose / chou au chocolat / salade de mangues / petits rochers – en jetant des coups d’oeil émerveillés à l’extérieur sur les sommets. Unique !

Le commandant de bord, qui nous a donné des indications géographiques tout au long du voyage, nous dit alors que nous faisons route vers Marseille et la Méditerranée.

Après avoir été desservis de nos plateaux, Gérard Feldzer commence son tour dans la cabine, qui durera finalement tout le voyage. D’une grande générosité, il a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées et s’est très gentiment prêté au jeu des photos et des autographes. Par chance, il s’est arrêté au niveau de ma rangée et j’ai donc également pu discuter quelques instants avec lui et obtenir une dédicace du menu ainsi qu’une photo souvenir. Mémorable 🙂

img_7275

Je pars ensuite pour un tour et commence par me diriger vers le fond de la cabine. C’est assez marrant de voir tout le monde debout, converser ; c’est vraiment unique 🙂 Les PNC nous font visiter les galleys, leurs espaces de repos et échangent avec nous leurs impressions sur ce nouvel avion qui leur accorde plus d’espace pour travailler. L’heure est également au partage d’anecdotes de ces personnels dont l’expérience n’est plus à confirmer. En effet, toutes les hôtesses et stewards du vol ou presque étaient des instructeurs, qui formeront les futurs personnels naviguant sur le 787.

Je repars ensuite vers l’avant de l’avion. Le cockpit est ouvert (encore quelque-chose d’unique et d’exceptionnel) pour que les passagers puissent venir à la rencontre des pilotes. Une file dans chaque allée s’est ainsi formée, occupant toute la longueur de la classe Affaires. C’est sûr, ce n’est pas le vol qu’il fallait choisir si on voulait être tranquille en Business ! Nous sommes alors à un peu plus de 3/4 d’heure de l’atterrissage, j’espère arriver à temps au cockpit avant le début de l’atterrissage. En attendant, c’est l’occasion de prendre des clichés :

img_7290

img_7294

Alors que nous attendons, une hôtesse annonce que 3 passagers fêtent leur anniversaire et qu’ils sont invités à rejoindre l’équipage au galley. Les chanceux se voient remettre une maquette du 787 puis se dirigent vers le cockpit pour un instant privilégié avec le Captain. Belle surprise 🙂 Quelques minutes après, comme nous le redoutions, nous sommes invités à regagner nos sièges en vue du début de l’atterrissage. C’est dommage mais les pilotes seront à nouveau disponibles après l’atterrissage, la sécurité avant tout ! Je rejoins donc ma place.

img_7300Alors que nous passons à la verticale du Mont-Saint-Michel, la couche nuageuse nous empêche de profiter de la vue. Nous poursuivons notre route vers CDG et j’en profite pour tester le système d’assombrissement du hublot et l’IFE.

Ce sont 5 teintes qui sont disponibles sur l’assombrissement du hublot. C’est vraiment très agréable car cela évite de se couper totalement de la vue comme c’est le cas avec un cache-hublot, quand le soleil se fait trop éblouissant à 11 000 mètres d’altitude.

L’IFE Panasonic quant à lui propose une belle sélection de films / séries / musique et surtout, comme je vous en parlais plus tôt, l’écran est très grand. On est loin des écrans aujourd’hui encore proposés dans d’anciennes cabines long-courrier Air France. On y trouve également une prise USB, bien pratique pour brancher les appareils nécessitant d’être rechargés (à noter qu’une prise est également disponible pour chaque voyageur). Enfin, mon coup de coeur côté IFE va à la partie suivi du vol qui donne en temps réel de nombreuses possibilités de visualisation de l’avion. On peut jouer avec l’inclinaison de la map, l’orientation, zoomer/dézoomer, choisir l’angle de vue de l’avion ou encore opter pour une vision « pilote »; la navigation tactile est très intuitive :

img_7244

img_7309

img_7315Nous poursuivons notre descente vers Paris et son plafond nuagueux, à la lueur d’un soleil qui descend doucement. Les membres de l’équipage passent parmi nous, en s’arrêtant à chaque rangée, pour s’assurer que notre vol s’est déroulé comme nous le souhaitions. Ils ont eu des mots personnalisés pour chaque passager, adorable de leur part !

Ce vol de 2h30 sera passé beaucoup trop vite mais tout le monde en aura savouré chaque seconde. Alors que nous touchons la piste de CDG, toute la cabine applaudit en choeur. Pendant le roulage, Gérard Feldzer reprend la parole au micro pour clore ce voyage avec quelques mots bien choisis.

Je vous propose de retrouver la vidéo de l’atterrissage et du roulage ci-dessous (avec pour commencer, de belles images du moment où l’avion est entré dans la couche nuageuse !) :

A la descente de l’avion, nous nous voyons remettre un Certificat de vol signé par le Commandant de bord. C’est ainsi que s’achève ce vol inaugural, avec de nombreux souvenirs entre les mains et dans la tête ! Merci à Air France pour l’organisation de ces vols exceptionnels, merci aux équipages qui ont participé à rendre ce vol unique, merci à Gérard Feldzer pour sa gentillesse et son sens du partage.

Et… on remet ça pour l’A350 dans 2 ans ? 🙂

img_4837

Air France accueille avec fierté son 1er Boeing 787

C’est à 8h52 précises que le vol de convoyage n° AF787V a atterri hier matin à CDG. Le Boeing 787, tout droit sorti des usines d’Everett, était attendu de pied ferme par les passionnés et les salariés d’Air France, malgré le froid et le brouillard matinal. Et comme on les comprend ! L’arrivée du Dreamliner dans la flotte de la compagnie tricolore « marque une nouvelle étape dans la modernisation de [la] flotte et offrira les meilleurs produits d’Air France [aux] clients », dixit Franck Terner, le Directeur Général d’Air France fraîchement nommé il y a 1 mois.

Aviation Geekette’s Blog était invité à découvrir le 787 lors de la conférence de presse organisée en début d’après-midi. Après un accueil des plus agréables au Lounge Air France au sein du Terminal 2E Hall M, nous nous rendons en porte M48. Coups d’oeil à gauche, coups d’oeil à droite, je ne vois pas encore l’avion stationné.

La conférence de presse démarre, Franck Terner prend la parole, entouré de personnels Air France, pour nous présenter le nouveau bijou de la compagnie.

img_7112

Premier point à retenir, ce 787 est le premier d’une série de 10 appareils commandés. Ceux-ci rejoindront progressivement la flotte d’ici 2019. Ils remplaceront ainsi les A340 et permettront de réaliser une économie de carburant de l’ordre de 20% sur les mêmes trajets (à noter que cette économie est vérifiée sur les appareils de type 787-8 mais qu’Air France a commandé des 787-9 permettant d’installer davantage de sièges et réduisant donc un peu l’économie prévue). La réduction de la consommation permettra à la compagnie d’envisager plus sereinement la probable remontée du coût du carburant.

Côté produit, le 787 se veut l’ambassadeur de ce qui se fait de mieux chez Air France. On retiendra le nouvel IFE (système de divertissement à bord) proposé sur des écrans HD avec une dimension très appréciable, les nouveaux sièges de la Premium Economy plus spacieux & insérés dans une coque, le wifi disponible. L’avion lui-même propose de grands hublots et une pressurisation et hygrométrie plus adaptées pour rendre le voyage plus confortable.

Pour clore la conférence de presse, Franck Terner nous propose de tourner la tête et c’est là que nous apercevons l’avion ! Une jolie musique en fond, l’avion au roulage amorce un virage à 90° pour nous faire face et s’avance sous un water salute des pompiers de Paris Aéroport (son 2e de la journée mais il fallait bien ça !  😉 ). Splendide !

img_7115

img_7119

Une fois le Dreamliner arrivé à son point de stationnement, nous sommes divisés en groupe d’une dizaine de personnes pour tour à tour descendre sur la piste. L’occasion rêvée de le découvrir et de le photographier sous tous les angles !

img_7126

img_7129

img_7135

img_7152

Le commandant de bord du B787 et chef du projet 787 chez Air France, Monsieur Thierry Bellot, nous a fait l’honneur de descendre sur le tarmac pour une petite séance photo devant sa machine. Il travaille depuis 2013 sur le programme 787 comme il l’explique dans cette vidéo de la compagnie.

img_7162

img_7168

img_7171

Après l’avoir observé sous toutes les coutures de l’extérieur, nous empruntons l’escabeau à l’arrière de l’appareil pour découvrir l’intérieur de l’avion. Nous commençons par les deux cabines de la classe Economique qui comptent 225 sièges, configurés en 3-3-3.

img_7176

img_7181

img_7183

img_7185

img_7187

L’élément le plus appréciable de la classe Economique concerne la taille des écrans de l’IFE. L’évolution de la résolution et de la qualité des écrans est impressionnante.

Les plus observateurs d’entre vous se demanderont mais où sont passés les caches-hublots ? Et bien il n’y en a pas ! Mais n’ayez crainte, cela ne signifie pas que votre confort a été sacrifié au prix de grammes gagnés sur le poids total de l’avion. Les hublots sont eux aussi des petites merveilles de technologies car le petit bouton que vous pouvez observer en-dessous de la fenêtre sert en fait à régler l’intensité lumineuse. L’équipage peut également régler la teinte des hublots.

img_7188

Le Mood-Lighting est également à l’honneur dans le 787 avec notamment ces espaces de lumière douce centraux au niveau des galleys que l’équipage peut modifier à sa guise.

Passons à présent à la classe Premium Economy de 21 places dont les sièges sont la nouveauté de cet avion.
img_7206

img_7207

Ces sièges sont pour la première fois intégrés dans des coques. Leur inclinaison s’améliore et on apprécie l’augmentation d’espace, une vraie Premium Economy en somme.

Un coup d’oeil par les grands hublots me permet d’apercevoir des cousins A380 🙂

img_7205

Place à présent à la classe Affaires de 30 places, il s’agit des sièges Cirrus de Zodiac Aerospace déjà connus avec leur fameux cocon. Au programme, de l’élégance toujours, des espaces de rangement bien pratiques, un siège qui se transforme en lit totalement plat :

img_7210

img_7213

img_7215

Privilège ultime, nous terminons la visite par un passage dans le cockpit où nous retrouvons le commandant Bellot.

img_7217

C’est un plaisir d’échanger avec le Commandant Bellot dont on sent la passion et la fierté de travailler sur le 787, un bijou de technologie et d’électronique. Pensons également aux PNC qui bénéficient de plus d’espace dans les galleys pour travailler. La visite du 787 s’arrête ici mais l’aventure ne fait que commencer ! 2 vols d’entraînement auront lieu en décembre, suivis de 4 vols-boucle Paris-Paris de 2h30 organisés les 7 et 8 janvier. Ces 4 vols, commercialisés depuis lundi, sont un excellent moyen de découvrir le Dreamliner et de passer un moment privilégié ! Il ne reste plus que quelques places disponibles (à partir de 249€ en classe Economique) : http://www.airfrance.fr/FR/fr/local/resainfovol/meilleuresoffres/air-france-B787.html J’ai réservé ma place…et vous ? 😉

Le 787 débutera ensuite son service à partir du lundi 9 janvier vers le Caire. Le second 787 rejoindra Air France courant avril et desservira Montréal dès le mois de mai.

Un grand merci à Air France pour l’organisation de cet événement à la hauteur de la beauté du 787 ! J’aurai grand plaisir à retrouver l’avion le 8 janvier ! Alors, au revoir et à bientôt… 🙂
img_7201

instant Paris, le nouvel espace lounge à CDG pour les passagers en correspondance

Et si la correspondance en aéroport se transformait en un moment de détente ? Que vous voyagiez seul ou en famille, pour affaires ou pour les vacances, Paris Aéroport a imaginé pour vous un espace lounge de correspondance répondant à toutes vos envies.

C’est Franck Goldanel, Directeur Général de l’aéroport Charles-de-Gaulle et Laure Baume, Directrice Générale Adjointe et Directrice Clients de Paris Aéroport qui ont accueilli la presse ce lundi 7 novembre 2016 dans ce tout nouvel espace lounge appelé « Instant Paris ».  Situé en zone réservée, il est accessible uniquement aux voyageurs en correspondance au sein du Terminal 2E hall L, après les contrôles de police et avant les contrôles de sûreté.

img_7108

img_7085

L’objectif de cet espace est avant tout de donner aux voyageurs étrangers l’envie de passer par Paris pour leur correspondance, plutôt que par Francfort par exemple. C’est ainsi que dans la lignée de la nouvelle signature de Paris Aéroport « Paris vous aime », l’accent a été mis sur l’ambiance et le charme parisiens. Même s’ils ne passent qu’en correspondance, les voyageurs doivent avoir le sentiment d’avoir vu et vécu dans Paris. La décoration très soignée est ainsi des plus raffinées et reprend les codes de l’intérieur d’un appartement Haussmanien. Comble du luxe, vous pouvez apercevoir par certaines fenêtres artificielles la Tour Eiffel, dans les conditions météo réelles de l’instant. Elle était par exemple aujourd’hui quelque peu cachée dans le brouillard.

img_7080

Destiné aux passagers dont le temps de correspondance est d’au moins trois heures, instant Paris se profile tout en longueur. Les espaces se succèdent, allant du plus dynamique à l’entrée au plus reposant au bout de la galerie. On y trouve de quoi combler toutes les envies des voyageurs :

  • Pour les familles d’abord et ceux qui ont envie de se divertir, on découvre en arrivant un espace ouvert et lumineux, dans lequel on aperçoit avec amusement une Tour Eiffel tout en Kapla. La marque s’est associée à Paris Aéroport pour proposer aux enfants de jouer avec leurs célèbres briquettes de bois et d’oublier pendant quelques instants qu’ils sont dans un aéroport. D’autres animations sont disponibles, comme le « Timescope », une borne qui vous immerge via la réalité virtuelle dans le Paris d’antan ou encore un grand écran central sur lequel seront diffusés des moment-clés de la vie parisienne comme la Fashion Week, en alternance avec des documentaires sur l’histoire de la ville

img_7107

  • Pour ceux qui souhaiteraient passer un moment plus au calme, il y a le salon « bibliothèque », un espace où se trouvent des livres en libre-service et où on peut savourer des instants de tranquillité, confortablement installé dans les canapés ou les fauteuils faisant face à une cheminée

img_7076

Pour tous, un espace de restauration avec la chaîne Naked est disponible à l’entrée, de même qu’une grande table à l’esprit familial plus au fond du lobby. On y retrouve des distributeurs et des tablettes avec des contenus presse et multimédias.

img_7086

Et enfin, pour ceux qui ressentiraient le besoin de se reposer entre deux vols, la chaîne Yotel propose comme dans les aéroports de Londres, New York et Amsterdam, des chambres cosy YotelAir. Vous pourrez vous y installer au minimum pour 4h et au maximum pour une nuit. Environ 80 chambres composent cet hôtel d’aéroport, dont 68 chambres double standard et quelques chambres familiales qui disposent de deux lits superposés en plus d’un lit double. Un beau luxe que d’avoir cet espace pour se reposer ! Autre formule possible, des espaces de douche sont disponibles pour se rafraîchir.

img_7078

img_7093

img_7101

img_7099

En somme, c’est un bel espace pour tous les voyageurs que nous propose Paris Aéroport. Zen, convivial, doux, une lumière apaisante dans chaque espace, instant Paris invite à la sérénité et s’inscrit totalement dans la philosophie nouvelle d’amener la ville de Paris à l’aéroport. Reste à espérer que les voyageurs internationaux Skyteam seront conquis et choisiront Charles-de-Gaulle pour leur correspondance !

L’A350 pour la première fois à Paris CDG

C’est le 26 février dernier que l’A350-XWB a pour la première fois poser ses roues sur le tarmac parisien de CDG. Retour en images sur cette venue exceptionnelle !

Malgré le temps plutôt maussade, il y avait du monde cet après-midi du 26 février sur le tarmac du Terminal 3 de CDG ! Et pour cause, la première venue de l’A350 était un événement à ne pas manquer. Après un accueil chaleureux dans le T3, direction le PIF pour les journalistes et photographes présents. On passe ensuite les gilets jaunes ADP entre deux coups d’oeil sur Flight Radar pour suivre le parcours de l’A350, et nous y voilà. Quelques centaines de mètres de trajet en bus nous amènent au point de stationnement prévu pour l’avion. L’excitation est palpable, je pense que beaucoup d’entre nous n’avaient encore jamais vu un A350 en vrai !

Soudain, au loin dans la grisaille, on l’aperçoit au roulage qui arrive vers nous :

A350

© Sophie Figenwald

D’emblée, il semble grand et impressionnant !

A350

© Sophie Figenwald

A3503

© Sophie Figenwald

A3507

© Sophie Figenwald

L’impression de grandeur se confirme à mesure que l’appareil se rapproche. Aucun doute, c’est un concurrent du 777 et du 787 ! Arrivé à son point de stationnement, des escaliers mobiles viennent se placer à la 2e porte. Mais inutile d’attendre que quelqu’un ne sorte, les journalistes et personnes d’Airbus présentes à bord n’en ont pas le droit.

IMG_1772

© Sophie Figenwald

En effet, ce vol spécial de l’A350 a été organisé à l’occasion de la présentation des résultats annuels du constructeur à la presse. L’avion a ainsi d’abord relié Toulouse à Paris puis après avoir embarqué des journalistes de CDG, il est reparti pour Munich dans la soirée. La présentation des résultats a ainsi eu lieu le lendemain puis l’A350 a fait le chemin en sens inverse MUC – CDG – TLS.

Quelques mètres de déplacement sur le tarmac ont permis de prendre d’autres clichés du nouveau bébé d’Airbus commandé fin janvier par 40 compagnies à hauteur de 780 exemplaires.

IMG_1763

© Sophie Figenwald

IMG_1758

© Sophie Figenwald

Le premier exemplaire de l’A350 a été livré en décembre à Qatar Airways qui l’a mis en service un peu moins d’un mois après le 15 janvier 2015, entre Doha et Francfort. L’appareil promet sur le papier une économie de carburant de l’ordre de 25% par rapport aux autres appareils long-courriers actuellement en service, grâce à sa structure constituée à 70% de matériaux composites et d’alliages d’aluminium de nouvelle génération. C’est un argument fort et indispensable pour venir concurrencer Boeing et son excellent 777 qui a déjà fait ses preuves.

Souhaitons un bel avenir à l’A350-XWB, nouveau fleuron d’Airbus 🙂

Un A320 à CDG pour l’entraînement des équipes d’Aéroports de Paris !

Aéroports de Paris a présenté avec fierté lundi dernier à Charles de Gaulle son premier avion ! Cet A320 aux couleurs d’ADP que l’on peut croiser en bout de piste 09R est destiné aux entraînements des équipes de l’aéroport.

Lundi 15 septembre 17h. Le rdv était pris à CDG pour un baptême d’un nouveau genre, celui d’un avion appartenant non pas une nouvelle compagnie mais à l’aéroport lui-même ! Après s’être rassemblés dans des bus avec les nombreux journalistes présents, nous prenons la route vers la zone réservée. A peine entrés sur le tarmac, nous rencontrons les avions officiels américains et russes venus pour un sommet organisé par le Chef de l’Etat français.

Air Force Two © Sophie Figenwald

Air Force Two © Sophie Figenwald

Après quelques minutes sur le tarmac, nous croisons l’avion de La Compagnie en partance pour New York, belle coïncidence !

La Compagnie © Sophie Figenwald

La Compagnie © Sophie Figenwald

Puis, en s’approchant de la zone de maintenance Air France et des hangars Fedex, nous apercevons vers le bout de piste un A320; voilà celui que nous sommes venus voir ! Les bus nous déposent sur le tarmac et c’est Franck Goldanel, Directeur de l’Aéroport de Paris Charles-de-Gaulle qui nous accueille. « Posséder un avion, c’était un vieux rêve » nous a-t-il confié. En effet, la priorité première de tout aéroport est la sécurité des passagers et des personnels. Et pour assurer cette mission, il faut vrai site d’entraînement, ce qui manquait à CDG. Mais pour rendre concret le rêve, une question majeure restait sans réponse : « comment acquérir un avion ? ». C’est finalement Air France qui a donné l’opportunité à CDG de disposer d’un A320 en fin de carrière. Une fois l’accord conclu et l’avion configuré par Air France pour sa seconde vie, le voici repeint aux couleurs d’ADP et scellé en bout de piste. On peut lire sur le fuselage, « Ici, nos équipes s’entraînent pour votre sécurité ».

IMG_0949 bis

A320 Aéroports de Paris © Sophie Figenwald

Après cette introduction, place aux démonstrations ! Ce sont les pompiers du SSLIA (Service de sauvetage et de lutte contre l’incendie des aéronefs) qui ouvrent le bal, et quelle ouverture ! Quelques instants après un dégagement de fumée au niveau du train arrière de l’A320, les sirènes des magnifiques camions de pompiers retentissent et signalent leur arrivée.

SSLIA Aéroports de Paris © Sophie Figenwald

SSLIA Aéroports de Paris © Sophie Figenwald

L’intervention des pompiers se constitue de plusieurs phases; avec d’abord les canons à eau qui sécurisent et réduisent l’incendie.

Intervention des canons à eau des pompiers © Sophie Figenwald

Intervention des canons à eau des pompiers © Sophie Figenwald

Vient ensuite le tour des unités au sol qui vont éteindre l’incendie avec leurs lances. Pendant ce temps, un pompier vient se placer devant l’avion et prend contact avec le commandant de bord pour le tenir au courant de la situation.

Le feu est maîtrisé en quelques minutes, les pompiers et leurs camions rutilants peuvent rejoindre la caserne et laisser place à la deuxième démonstration. Ce sont cette fois les soldats de la glace qui arrivent dans leurs engins blanc. Vous l’aurez compris, il s’agit des unités de dégivrage de l’aéroport. Après les intempéries de l’hiver 2010 qui avait fortement perturbé le trafic aérien, Aéroports de Paris a grandement investi dans la lutte contre la neige et le givre sur les appareils pour éviter une nouvelle paralysie. Ce sont maintenant 14 avions qui peuvent être dégivrés simultanément et cela monte jusqu’à 50 appareils à l’heure en situation critique.

Engin de dégivrage © Sophie Figenwald

Engins de dégivrage © Sophie Figenwald

Le givre, c’est une fine pellicule de glace qui peut se révéler très dangereuse pour les aéronefs : son poids et les endroits où elle se forme peuvent provoquer des perturbations sur la carlingue. Mais surtout, la glace risque de bloquer les parties mobiles de l’appareil. Si lors de son tour de l’avion, le pilote s’aperçoit de la formation de givre, il peut faire la demande d’un dégivrage sur certaines parties de l’avion. Cela arrive surtout le matin bien sûr.

La démonstration commence par un dégivrage de l’A320. 4 véhicules sont nécessaires à cette opération, chacun manoeuvré par une seule et unique personne qui passe du poste de conducteur à la nacelle. 2 véhicules viennent se placer à l’avant de l’aéronef et 2 à l’arrière, de chaque côté. Leur mise en place est impressionnante puisque les « pilotes » de ces engins peuvent déplacer leur camion tout en restant dans leur nacelle pour se rapprocher de l’avion. Chacun sur sa partie démarre ensuite le dégivrage, du haut vers le bas et de l’avant vers l’arrière, avec un produit dit de « Type 1 ». Chaque camion a 3000 Litres de capacité de ce premier liquide.

Le dégivrage est en cours © Sophie Figenwald

Le dégivrage va commencer © Sophie Figenwald

Vient ensuite le deuxième volet de la présentation avec l’antigivrage, qui peut s’avérer nécessaire en cas de très basses températures. Cette opération doit intervenir dans les 3 minutes après le dégivrage pour être efficace. Elle permet de prolonger l’action du dégivrage. Les véhicules disposent chacun d’une capacité de 1000 Litres de ce second produit dit de « Type 4 ». La pulvérisation du produit se fait cette fois sous forme de pluie là où le dégivrage se fait par jet continu. L’aéroport de CDG dispose d‘un stock de 10 jours en produits de dégivrage.

Antigivrage en cours © Sophie Figenwald

Antigivrage en cours © Sophie Figenwald

Cette deuxième démonstration s’achève pour laisser la place à une dernière démonstration par les services de secours. Il s’agit cette fois d’accéder à la cabine d’un avion au plus vite pour secourir un passager. Le camion de pompier qui arrive alors, très impressionnant lui aussi, dispose d’un moyen d’accès grande hauteur qui permet d’éviter l’attente d’une passerelle ou d’un escabeau pour accéder à la porte. Autonomes, les pompiers peuvent ainsi en quelques minutes atteindre un passager qui aurait besoin d’aide.

Le camion disposant du moyen d'accès grande hauteur © Sophie Figenwald

Le camion disposant du moyen d’accès grande hauteur © Sophie Figenwald

Mise en place de la passerelle du camion © Sophie Figenwald

Mise en place de la passerelle du camion © Sophie Figenwald

Bravo et merci aux équipes d’ADP qui nous ont fait ces démonstrations !

Nous sommes invités ensuite à monter dans l’A320 grâce à notre carte d’embarquement spéciale pour l’occasion. Le cockpit est vide et il manque les moteurs mais sinon, on pourrait penser que cet avions dont la cabine porte toujours l’identité d’Air France serait prêt à décoller !

Carte d'accès à bord © Sophie Figenwald

Carte d’accès à bord © Sophie Figenwald

photo 2 (1)

Carte d’accès à bord © Sophie Figenwald

L'ancienne cabine Air France est intacte ! © Sophie Figenwald

L’ancienne cabine Air France est intacte ! © Sophie Figenwald

Sortie de l'A320 avec un beau soleil couchant © Sophie Figenwald

Sortie de l’A320 avec un beau soleil couchant © Sophie Figenwald

Un grand merci à Aéroports de Paris pour cette très agréable soirée sur le tarmac sous un magnifique soleil !

10 faits marquants du 1er trimestre 2014

2014 a commencé depuis 3 mois, et il s’en est déjà passé des choses dans le monde passionnant de l’aviation. Je vous propose dans cet article de revenir sur 10 faits marquants de ce premier trimestre 2014 !

1 – On ne dit plus EADS mais…Airbus Group ! – 2 janvier

Nouveau tournant dans l’histoire du géant aéronautique européen : la réorganisation de ses activités depuis le 1er janvier. EADS n’étant pas un acronyme très transparent (European Aeronautics Defense & Space Company), la direction du groupe a décidé de changer de nom pour devenir Airbus Group. Parallèlement, on note le regroupement de Cassidian et Astrium sous le nom de Airbus Defense & Space. Eurocopter reste une entité à part et devient Airbus Helicopters. Cette réorganisation n’est cependant pas qu’un changement de nom cosmétique. Il est destiné à améliorer la compétitivité du groupe. On parle également du licenciement net de plus de 1 000 personnes d’ici fin 2016, principalement dans les secteurs de l’espace et de la défense en Allemagne, à moins que la productivité ne s’améliore.

2 – Un avion se crashe sur la piste de Roissy – 28 janvier

C’était fin janvier. On apprend qu’un avion s’est « crashé » à Roissy, tôt le matin. Plus de peur que de mal finalement. L’appareil de la Darwin Airlines, un Saab 2000, a en fait cassé sa roue avant. L’atterrissage a donc été mouvementé pour les 19 passagers mais le pilote a évité le pire et la sortie de piste. L’incident n’a eu aucun impact sur le trafic à l’aéroport de CDG et les passagers ont été pris en charge et acheminés en bus à l’aérogare.

3 – Air France présente le nouveau siège de sa classe Affaires ! – 4 février

Après avoir dévoilé au salon Top Résa en septembre dernier son nouveau siège éco dans le cadre du projet de montée en gamme « Best and Beyond », Air France a présenté début février son nouveau siège Business. Ce dernier aura nécessité 4 ans de travail. 4 ans pour imaginer, créer, tester avec des passagers et proposer finalement un siège à la hauteur des ambitions d’Air France de reconquête de la clientèle affaires. Cette clientèle représente en effet 50% des recettes d’un vol long-courrier, il faut donc en prendre soin. Chaque siège représente un coût de 55 000 €, un coût qui double quand on y ajoute les frais annexes d’immobilisation des avions pour les installer ou les coûts liés à l’IFE. Mais cet investissement pourra rapporter gros si ces sièges attirent à nouveau les clientèles business. Et ils ont tout pour.

Répondant aux demandes d‘intimité et de confort (les 3 « F » : Full Flat, Full Access, Full Privancy), ce nouveau siège construit par Zodiac propose un vrai lit totalement plat et des compléments toujours agréables comme le casque audio isolant, un espace de rangement fermé, une couette… Vous pourrez découvrir ces nouveaux sièges sur quelques 44 Boeing 777 d’ici le mois de mai, en premier d’abord vers New-York puis le reste de la flotte sera progressivement équipé jusqu’à la mi-2016. Dernier point non-négligeable de ce siège : sa modularité. Il peut aisément être démonté et permettra donc un aménagement des cabines adapté à la saison pour améliorer la rentabilité ! Ne reste plus qu’à l’essayer…

 

Nouveau siège Business Air France

Nouveau siège Business Air France

Siège 2

Nouveau siège Business Air France

4 – Les appareils électroniques autorisés pendant toutes les phases du vol chez Air France – 7 février

L’Agence Européenne de Sécurité Aérienne a finalement annoncé en décembre qu’elle autorisait les appareils électroniques pendant toutes les phases du vol (tablettes, téléphones, appareils photos, mp3…), à condition que ceux-ci soient en « Mode Avion » et ne puissent pas transmettre et échanger des données. Air France a ainsi annoncé le 7 février que les « electronic devices » sont utilisables pendant toute la durée du vol, dès la montée à bord. Jusque là, les autorités craignaient que les appareils, même en « Mode Avion », interfèrent avec les appareils et les systèmes de communications. Il n’en est apparemment rien et il se murmure même qu’on pourrait bientôt envoyer des sms et lire ses mails… Une révolution !

5- Le salon aéronautique de Singapour – 11 au 16 février

Après le Bourget en juin dernier puis Dubaï en novembre, Singapour a accueilli un nouveau salon aéronautique du 11 au 16 février. Ce salon est très important pour les constructeurs puisque le marché Asie-Pacifique représente 35% de la demande mondiale. Airbus Group en a ainsi profité pour proposer pour la première fois des démonstrations en vol de son nouvel A350 XWB. A noter pour Airbus : la 1e commande ferme de 2014 avec une centaine d’appareils de la famille A320 commandés par la low cost VietJetAir. ATR ressort également gagnante de ce salon puisqu’elle a remporté 48 commandes, confortant ainsi sa position de leader dans l’aviation régionale. Le bilan pour Boeing est plus mitigé avec une quarantaine de commandes uniquement, majoritairement pour le 737. Le 777 a remporté quelques commandes et le 787, une seule.

6 – Le Wi-fi dans les airs…c’est désormais possible avec Thai Airways – 17 février

La compagnie nationale thaïlandaise a reçu fin janvier l’autorisation des autorités pour proposer Internet en wifi à bord de ses avions. Ses A380 et A330 seront donc tous bientôt équipés de récepteurs Wi-fi, faisant de la compagnie nationale thaïlandaise la première au monde à proposer ce service. Le service baptisé « SkyConnect » sera cependant onéreux (on parle de 4,50$ pour 3 MB ou encore 14$ pour 10 MB) et la connectivité sera limitée. Les passagers pourront par exemple recevoir/envoyer des mails mais pas télécharger des photos ou films.

7 – Un avion d’Ethiopian détourné…par son propre copilote – 17 février

Panique le 17 février dernier. On apprend au petit matin qu’un avion d’Ethiopian Airways a été détourné par « un pirate de l’air ». L’avion qui effectuait la liaison Addis-Abeba – Rome a été contraint de se poser en Suisse. On apprend finalement quelques heures plus tard que c’est le propre copilote de l’appareil qui a détourné l’avion, ce dernier souhaitant que la Suisse lui accorde un asile politique. Agé de 31 ans, il aurait profité de l’absence du commandant de bord pour s’enfermer dans le cockpit et prendre le contrôle de l’avion. L’appareil a survolé le Lac Leman plusieurs fois avant de se poser de force à Genève, escorté par des avions militaires. Le pirate a finalement été arrêté et les passagers sont restés sains et saufs.

8 – La disparition du vol MH 370 de la Malaysia Airlines – 8 mars

L’un des faits les plus marquants de ce début 2014 restera sans doute la disparition du vol MH 370, peu après son décollage, alors qu’il devait rallier Kuala Lampur à Pékin. Je ne vais pas vous retracer l’avancée quasiment jour après jour des recherches du 777 mais souvenons-nous que les hypothèses les plus folles ont été évoquées suite à la disparition de l’avion. En effet, les jours passant, tout ce qu’on savait était que les transpondeurs avaient été coupés manuellement et donc volontairement et que l’avion avait changé de cap pour se diriger vers l’Océan Indien. Certains ont avancé alors l’hypothèse du vol de l’avion par des terroristes, du suicide du pilote et j’en passe. Une chose est sûre aujourd’hui, si l’on en croît le gouvernement malaisien, l’avion s’est abîmé dans l’Océan Indien, au Sud-Est de l’Australie avec ses 239 passagers et membres d’équipages. A l’heure où des signaux pouvant provenir des boîtes noires ont été repérés, une multitude de questions se posent encore. Espérons que les efforts de la vingtaine de pays impliqués dans la recherche de l’avion portent leurs fruits et nous permettent de faire la lumière sur les circonstances de ce drame.

9 – Paris Charles-de-Gaulle fête ses 40 ans ! – 13 mars

Un anniversaire de taille a eu lieu à la mi-mars, les 40 ans de l’aéroport Charles-de-Gaulle ! Car oui, c’est le 13 mars 1974 que le premier avion s’est posé sur la seule piste de l’aéroport à cette époque. Il s’agissait d’un Boeing 747 de Trans World Airlines en provenance de New-York. 40 ans plus tard, l’aéroport compte 4 pistes, accueille plus de 180 compagnies et surtout, il est le 2e aéroport européen depuis 2013 grâce aux 62 millions de passagers accueillis.

10 – Air France lance sa nouvelle campagne de communication « Air France, France is in the air » – 26 mars

Comme vous l’avez découvert sur le blog, Air France a dévoilé sa nouvelle campagne et sa nouvelle signature « Air France, France is in the air » fin mars. Retrouvez plus de détails sur cet article !

Un premier trimestre chargé de nouvelles dans le monde passionnant de l’aérien ! 🙂 Et vous, y a-t-il un autre évènement qui vous a marqué ?

La « KLM surprise » version « Air France Bienvenue »

Vous vous en souvenez peut-être, Air France avait lancé un appel sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook courant juin :

Tweet @AirFranceFR

Des messages qui ne laissaient aucun doute : la compagnie allait proposer sa version de la KLM Surprise ! Mais de là à savoir quelle serait la surprise, le mystère restait entier…

Et bien la compagnie a publié il y a quelques jours une vidéo intitulée « Air France Bienvenue » pour nous faire partager cette surprise que les quatre gagnants du concours ont eu l’air d’apprécier !

Air France a misé sur un accueil VIP par une hôtesse de la compagnie. Au programme, visite guidée du nouveau hall d’embarquement du Terminal 2E, le satellite 4 et passage dans le tout nouveau Salon Air France ! Les heureux passagers ont pu savourer un plat chaud et profiter de l’ambiance de la Lounge, voire même d’un soin Clarins avant de s’envoler vers d’autres horizons.

Nul doute qu’Air France réitèrera l’expérience alors soyez vigilants aux appels sur les réseaux sociaux, surtout en ces périodes où vous allez peut-être partir en vacances ! 😉

Et voici la vidéo => Concours « Air France Bienvenue »