Chers lecteurs d’Aviation Geekette’s Blog, j’espère que vous allez bien… et que vous êtes prêts pour un nouveau reportage ! Nous nous étions quittés à la fin du précédent article dans les coulisses de CDG à la caserne de pompiers SSLIA Nord de la plateforme (cliquez ici pour retrouver l’article). Après un incroyable tour en camion Panther, Paris Aéroport nous a dévoilé la suite et fin du programme : une immersion dans les terminaux 2A, 2B, 2C et 2D. Dans cette première partie, nous allons nous intéresser au bâtiment de jonction entre les terminaux 2A et 2C, unique sur la plateforme. Un aperçu de l’extérieur depuis le tarmac d’abord, puis une visite des espaces publics intérieurs… C’est parti !

L’aéroport de Paris Charles-de-Gaulle dispose de 3 Terminaux au total : le 1, le 2 et le 3. Le Terminal 2 se décompose lui-même en 7 terminaux (nommés de A à G), situés les uns face aux autres (hormis le 2G excentré). La particularité des terminaux 2A et 2C est qu’il existe entre eux depuis 2012 une connexion. Ce bâtiment de jonction, unique pour le moment, est visible sur le plan ci-dessous :

Plan CDG 2ABCD

Cette connexion permet de mutualiser les zones réservées des deux terminaux qui représentent 7 millions de passagers. Cela comprend les opérations de contrôle et les salles d’embarquement et d’arrivées. Côté embarquement : espace, vue sur les pistes, accès à de nouveaux commerces et services. Les avantages de cette connexion sont multiples. Nous y reviendrons tout à l’heure. Côté arrivées, on retrouve un grand hall, spacieux et donc plus agréable.

Mais de l’extérieur, qu’est-ce qui rend ce bâtiment de jonction particulier ? C’est sans conteste son architecture, futuriste et atypique (peut-être l’avez vous déjà repéré par votre hublot, tant il est unique par rapport au reste de CDG !). Nous avons eu l’occasion de nous rendre compte de son physique particulier depuis le tarmac. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais j’aime beaucoup ces lignes (surtout avec ce ciel bleu et le soleil qui se reflète dans les bandes métalliques). Ça change du béton !

IMG_7555

Après ce premier aperçu extérieur, il est temps de nous faufiler par les escaliers de services et les passerelles pour rejoindre l’intérieur du bâtiment. Une surprise nous y attend : nous sommes accueillis par Franck Le Gall, le Directeur des Terminaux 2A, 2B, 2C et 2D. Il a pris le temps de nous rencontrer (un grand merci à lui !) pour nous exposer les points forts et les futurs développements de ce bâtiment de connexion.

En zone réservée avant l’embarquement : diverses offres de boutiques et de restauration dans une ambiance parisienne

La configuration de la zone marchande correspond à ce qui se fait aujourd’hui pour tous les nouveaux espaces construits ou rénovés par Paris Aéroport. L’objectif est de représenter la ville de Paris, de faire de l’aéroport la continuité du voyage. Jusqu’à la dernière seconde de leur séjour en France, les passagers doivent être immergés dans notre culture et notre industrie de luxe. 

On retrouve ainsi dans la connexion l’idée d’une grande avenue parisienne bordée de magasins et de restaurants. Voici par exemple ci-dessous quelques-unes des photos que j’avais prises au moment de la présentation à la presse du Satellite 4 du Terminal 2E en 2012), où on retrouve cette configuration :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les enseignes présentes dans le bâtiment de jonction viennent compléter l’offre de commerces déjà existants dans chacun des terminaux 2A et 2C. On retrouve :

  • Les enseignes classiques de Paris Aéroport : Buy Paris Duty Free (vente d’alcool, tabac et produits de beauté), Buy Paris Collection (mode et accessoires) et Air de Paris (souvenirs)
  • Les marques de luxe avec leurs propres boutiques : Dior, Gucci, Hermès…

Les voyageurs adeptes de luxe et de rareté trouveront leur bonheur. Chez Buy Paris Duty Free par exemple, de grands vins et spiritueux sont disponibles à l’achat. Des bouteilles de Whisky notamment, si uniques que de riches Chinois sont prêts à missionner un membre de leur personnel d’un aller-retour à Paris afin d’en acquérir une. Qu’on ne s’y trompe pas. On parle bien là de bouteilles dont les prix atteignent plusieurs milliers, voire plusieurs dizaines de milliers d’euros. C’est ça aussi le rêve parisien !

Côté gastronomie, le luxe s’illustre également avec la présence de grands restaurants comme le Caviar House & Prunier Seafood Bar (dans d’autres terminaux, on retrouve « I love Paris by Guy Martin » ou encore le « Café Eiffel »…). Anecdote gourmande, les boutiques de macarons Ladurée sont aussi présentes dans les aérogares parisiennes. Elle valent même aux deux aéroports parisiens d’être détenteurs du record du nombre de macarons vendus au mètre carré ! 🙂 Mais même si Paris Aéroport reste dans une dynamique de montée en gamme, la diversification est indispensable au succès. On retrouve ainsi également un Mc Donald’s ou encore un Brioche Dorée dans Terminaux 2A et 2C. Tant en termes de boutiques que de restaurants, il faut adresser une offre la plus large possible pour pouvoir plaire à tous les passagers.

IMG_7556
Sculpture au plafond du bâtiment de jonction, on aperçoit dans le reflet du miroir nos gilets jaunes !

En conclusion, le bâtiment de jonction entre les terminaux A et C est une réussite côté salles d’embarquement : les passagers peuvent trouver de tout et sans avoir à se déplacer de beaucoup. L’ensemble reste à taille humaine et présente un design élégant, à la française. Et n’en déplaisent aux Avgeeks, on y trouve également de belles baies vitrées avec vue imprenable sur les pistes !

Un contrôle des passagers commun aux deux terminaux pour davantage de fluidité

Ce bâtiment de connexion a également quelque peu révolutionné la manière de fonctionner en ce qui concerne le contrôle des passagers. Les opérations de contrôle d’identité des deux terminaux ont été rassemblées dans le bâtiment de jonction, représentant le plus grand nombre de Postes d’Inspection Filtrages de tous les terminaux de CDG. Jusque-là 3 sas PARAFE étaient installés (sas qui vous permettent de vous identifier avec vos empreintes digitales plutôt que d’attendre de passer devant un policier), ce seront bientôt 5 sas qui seront disponibles. A noter qu’à compter de juin, c’est ici que sera testé un nouveau mode d’identification par reconnaissance faciale du passager. Même si cette méthode n’a pas encore été reconnue officiellement par la PAF (Police Aux Frontières), il y a fort à parier qu’il s’agira de la méthode d’identification automatique du futur. L’objectif à terme est de permettre de ne mobiliser les forces de police pour des contrôles que lorsque cela est nécessaire, afin qu’ils traitent l’exception plutôt que la masse. Un objectif ambitieux mais ô combien souhaitable… Car ici comme dans d’autres terminaux de Roissy, l’attente peut parfois être longue pour les passagers.

parafe_tourmag
Exemple de sas PARAFE au Terminal 2E de CDG – Photo Tourmag.com

Une connexion unique… mais plus pour longtemps !

Tous ces tests, tant sur les commerces que sur les contrôles d’identité sont positifs. Le concept de la connexion des terminaux 2A et 2C va ainsi être dupliqué entre les terminaux 2B et 2D. Les appels d’offres pour le chantier ont été lancés, parions sur une ouverture en 2020 !

Je vous quitte ici après cette visite et vous donne rendez-vous très bientôt pour la suite et fin de ce reportage. Après avoir visité les espaces publics, nous nous rendrons là où les passagers ne vont pas : dans les coulisses du centre de décision des terminaux 2A, B, C et D… D’ici là, profitez des prémices de l’été et à très vite les Avgeeks ! 

Retrouvez les autres articles de ce reportage sur la journée du 12 avril dans les coulisses de l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle par ici :

cropped-cropped-image41.png

Publicités