De passage à Toulouse vendredi, j’ai naturellement fait un tour du côté de l’aéroport de Blagnac et des différentes usines Airbus. Et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir au détour d’un virage un magnifique Beluga à quelques mètres à peine. N’ayant jamais eu l’occasion d’en voir un d’aussi près, je me suis arrêtée !

« Oh un Beluga ! » © Sophie Figenwald

Bien qu’il ait été (au départ) un peu caché, on est de suite frappé par sa taille. Je l’imaginais grand bien sûr, mais le voir en vrai nous fait réaliser qu’il est vraiment immense. Il s’agit ici du Beluga n°5, sachant qu’Airbus en a construit 5, tous exploités par Airbus Transport Internation (ATI), une filiale du constructeur qui se charge exclusivement de la gestion de ces avions.

Le Beluga avec les couleurs Airbus © Gizmag

Au bout de quelques minutes, surprise ! Le Beluga se met à bouger, remorqué par un pushback.

Début du pushback de l’avion © Sophie Figenwald

On distingue ainsi encore mieux sa forme si particulière qui fait penser à une baleine et qui lui a valu le surnom de Beluga. Car oui, « Beluga » n’est qu’un surnom. Son nom officiel est A300-600ST comme Super Transporter.

Mais pourquoi Airbus a-t-elle créé cet avion ? Comme on le sait, Airbus est une entreprise européenne qui a pour particularité la dispersion de ses sites de production dans plusieurs pays. Dès le départ, chaque site étant responsable de la fabrication de l’une ou l’autre partie des avions, la question du rapatriement sur un site d’assemblage final s’est posée.

Au départ, dans les années 1970, la voie routière suffisait. Puis, avec l’augmentation de la production, la voie aérienne est devenue tout aussi indispensable. Airbus a donc investi dans 4 « Super Guppies » construits par Boeing dans les années 1940 et initialement dédiés au transport de parties de fusées pour la NASA.

Super Guppy Airbus © Anciennes Ailes Toulouse

Particularité des Super Guppies, c’est toute la partie avant qui se sépare du reste du fuselage pour les chargements et non juste une porte au-dessus du cockpit comme pour le Beluga :

Chargement d’un Super Guppy en décembre 2010 © MilitaryNewsNetwork.com
Chargement d’un Airbus Beluga © Air-Defense.net

Pour en savoir plus sur les Guppies, voici un article intéressant trouvé sur le site des Anciennes Ailes de Toulouse que vous pouvez lire en cliquant => ici.

Mais les Super Guppies sont rapidement devenus trop chers à exploiter et un programme de remplacement a donc été lancé en 1991 sur la base d’un A300. Les différences par rapport à un A300 classique sont les suivantes : le cockpit déplacé sous le niveau cargo, la partie supérieure du fuselage immense en forme de fer à cheval et bien sûr, la porte au-dessus du cockpit de 17m de haut pour le chargement.

La mise en service du premier Beluga a eu lieu en 1995 et quatre autres appareils ont été fabriqués ensuite au rythme de un par an.

En termes de chiffres, l’A300-600ST peut transporter jusqu’à 47 Tonnes. Avec ses deux réacteurs, il peut voler à 700 km/h sur 5000 km. S’ils sont destinés en priorité au transport des composants Airbus vers les sites d’assemblage de Toulouse et Hambourg, les Beluga peuvent être utilisés au transport d’autres chargements volumineux, comme des hélicoptères.

En regardant cet avion, ce que je trouve être le plus impressionnant est la disproportion apparente entre le fuselage immense et les deux moteurs et la taille des ailes. Mais pourtant (même si je n’ai malheureusement pas pu le constater vendredi), il vole !

Et voilà, j’espère que vous avez pu en apprendre plus sur ce bel avion si original ! 🙂 Et pour finir, une dernière photo :

Le Beluga aperçu à Blagnac avant qu’il ne soit remorqué vers d’autres hangars © Sophie Figenwald
Publicités