Air Austral, la compagnie réunionnaise, connaît des difficultés internes depuis quelques temps. Son PDG qui est aussi son fondateur, Gérard Ethève, a toujours mené la compagnie d’une main de fer. Ce soir, on apprend par les sites d’informations locales, Zinfos974.com et Clicanoo.re, qu’un coup de théâtre a eu lieu lors du conseil d’administration du jour. L’ensemble du directoire a annoncé sa démission. 

Boeing 777 Air Austral en roulage à Saint-Denis de la Réunion © Sophie Figenwald

L’annonce est donc tombée en fin d’après-midi. L’ensemble du directoire de Gérard Ethève a remis sa démission (effective au 30 juin) à l’occasion d’un conseil d’administration durant lequel devait être rendu public un audit des comptes de la compagnie pour le 3e trimestre 2011-2012. La publication de cet audit est reportée apparemment d’une dizaine de jours.

Une démission, mais dans quel cadre ?

Le magazine Capital a publié très récemment (magazine encore en kiosque d’ailleurs) une enquête sur la gestion de la compagnie. Gérard Ethève avait réagi à celle-ci il y a quelques jours en dénonçant un « complot« . Selon lui, les difficultés de la compagnie ne sont dues qu’à la crise ambiante. Pourtant, nul doute que la compagnie connaît une crise interne, liée notamment à la gestion de son président.

Premier problème : les affaires de harcèlement moral qui se succèdent. La dernière en date a fait l’actualité de la compagnie au mois de mars alors même que Gérard Ethève ainsi qu’Air Austral elle-même ont été condamnés pour des faits de même nature l’année dernière : mise en isolement d’une employée, exercice de pressions, changements récurrents de service… forçant les victimes à se mettre en arrêt de travail puis à quitter l’entreprise. Ces différentes affaires dans lesquelles les plaignants ont toujours eu gain de cause mettent en exergue un malaise interne non-négligeable.

A cela s’ajoutent des problèmes financiers. Comme le souligne Capital, Air Austral avait pourtant tout pour réussir avec un trafic sur la ligne Réunion-Paris en hausse, jusqu’à devancer Air France. Mais voilà, son PDG a voulu investir dans de nouveaux grands appareils (sans compter les deux A380 commandés et payés en 2009 dans l’objectif de créer une compagnie moins cher « Outre Mer 380 » offrant des liaisons entre Paris et la Réunion; projet finalement tombé à l’eau) et ouvrir des nouvelles lignes dans l’Océan Indien vers la Thaïlande et la Nouvelle-Calédonie, sans prendre en compte la demande réelle pour ces destinations. Les résultats ne se sont pas faits attendre : des avions qui volent sans être remplis et des pertes de 30 millions d’euros attendues pour l’exercice 2011-2012.

L’annonce de la démission du directoire semble cependant avoir surpris tout le Conseil de surveillance, qui avait d’ailleurs refusé une première démission en février dernier. Une chose est sûre, elle signe le début d’une nouvelle ère. Gérard Ethève a toujours dirigé la compagnie comme il l’entendait et la quitte désormais en pleine tourmente. Certains seront sûrement soulagés, d’autres dans l’attente de savoir qui prendra le relai et comment la succession va se passer. Il semble en revanche incontournable qu’Air Austral passe par un plan d’action sociale. Sa structure sera peut-être repensée, les rôles plus équilibrés, les prises de décision plus concertées. La page Ethève se tourne, quel sera désormais l’avenir de la compagnie ?

Publicités