2 février 2012, 14h. Roissypôle – Aéroport Paris-Charles de Gaulle, Siège d’Air France.

Si vous avez lu le premier article de ce blog, vous savez que j’ai eu la chance de passer la matinée du 2 février dans les coulisses de l’aéroport Paris CDG pour une superbe visite. Alors oui, cette journée aurait déjà été parfaite si elle s’était arrêtée là. Mais non, Air France a su rendre ma journée encore plus extraordinaire avec une visite de leur siège au sein du Roissypôle. Je vous propose dans ce billet de vous faire partager cette après-midi riche en rencontres et en découvertes.

Le siège Air France vu depuis la passerelle qui relie le Terminal 2F à la gare de l’aéroport

Tout a commencé sur Twitter, LE réseau social dont je ne pourrais aujourd’hui plus me passer. Je partage régulièrement les actualités, les nouveautés et des articles qui concernent la compagnie. C’est ainsi que j’ai notamment pu faire la connaissance de Jean-Charles Tréhan, le Directeur du Service de Presse et d’Etudes d’Air France et de Marina Tymen, Manager Relations Presse et Médias Sociaux (page Facebook et @AirFranceFR et @AFNewsroom pour suivre les actualités Air France !). Deux personnes charmantes et très disponibles. Après quelques échanges et en apprenant que je serai à CDG, ils m’ont tous deux très gentiment invitée à venir visiter les locaux du siège. Inutile de vous préciser qu’il s’agit du genre d’opportunités qu’on ne met même pas une microseconde à saisir. Et nous y voilà donc, le 2 février 2012. Arrêt « Terminal 3 – Roissypôle » du CDGVal pour une après-midi que je ne suis pas prête d’oublier.

Après quelques minutes de marche en sortant du CDGVal, me voilà devant l’entrée du siège, avec son mât caractéristique que l’on connaît même sans avoir jamais été à CDG.

Entrée du siège Air France, Roissypôle CDG

Après quelques pas timides, je passe les portes du siège. Quelques marches et me voilà dans le hall d’accueil. Tout de suite, et on ne peut faire autrement, je remarque en face de moi une baie vitrée immense avec une superbe vue sur les Terminaux 2B, D et F  et ses avions Air France stationnés les uns à côté des autres. A peine le temps de remarquer ça et là quelques belles maquettes d’avions (ah si seulement j’en avais d’aussi grandes dans ma chambre !) que je vois arriver avec un grand sourire Marina, ma guide de l’après-midi. Après la récupération d’un badge (tout est très sécurisé bien entendu), nous nous mettons en route pour la visite tant attendue.

Premier tour dans le premier bâtiment du siège. Il abrite toute la gestion de la compagnie, du Revenue Management (gestion des prix des billets en fonction notamment des places disponibles) jusqu’à la Direction Générale. Chaque étage est consacré à une direction, le dernier étant occupé par la Présidence.

Nous faisons donc un premier arrêt au coeur du département du Revenue Management.

Département du Revenue Management – Siège Air France CDG

Comme on le voit sur la photo, il s’agit d’une grande pièce (ici on n’en voit qu’un tiers) organisée en open space. Trois ensembles se distinguent cependant : les vols long-courrier, moyen-courrier et court-courrier; chacun étant ensuite divisé par régions du globe ou de l’hexagone (dans le cas des vols intérieurs). Des panneaux (comme visibles sur la photo au niveau des poteaux) permettent de savoir à chaque endroit, qui travaille sur le pricing de quelles destinations. Beaucoup de personnes y travaillent dans un silence impressionnant. Au centre de la pièce, on retrouve quelques bureaux un peu plus isolés où se trouvent les responsables.

Direction ensuite les étages avec les directions du Marketing, de la Communication, de la Presse… Les bureaux s’enchaînent et à chaque fois que nous croisons quelqu’un, c’est avec un grand sourire qu’il ou elle nous salue. A remarquer aussi la décoration qui est légère et simple. Pas de mobilier luxueux ou autre. Les murs sont simplement couverts de publicités ou articles concernant Air France. Par exemple, la porte du bureau de la personne responsable du Magazine Air France que l’on retrouve dans les ADP et à bord des avions est recouverte des couvertures du magazine. Quand on aime la compagnie et la marque, c’est un véritable plaisir de parcourir ces couloirs.

L’arrêt au sein du Service Presse a été particulièrement sympathique. Rencontre avec les attachées de presse, découverte du fonctionnement du service, … Des écrans de télévision tournent en permanence pour être immédiatement informé dès qu’une chaîne d’informations parle d’Air France.

Il est maintenant presque 15h. Marina me propose de monter encore d’un étage, c’est-à-dire au dernier étage, celui de la Présidence. Et là, énorme surprise. Le nouveau PDG de la compagnie, M. Alexandre de Juniac se trouve être non loin de là en compagnie du Directeur du Service de Presse, M. Tréhan. Il est suivi toute la journée d’une journaliste du Parisien qui lui a consacré sa rubrique du lundi « Un jour avec ».

Article « Un jour avec… » consacré à A. de Juniac, le Parisien, 6 février 2012

Entre deux rendez-vous, M. Tréhan a réussi à organiser…ma rencontre avec A. de Juniac !

Nous rentrons donc à l’étage de la Présidence avec Marina; moquette et murs clairs, tout est très soigné mais toujours dans la sobriété. Nous patientons dans un espace d’attente (là-encore, de très belles maquettes dont celle d’un 747 sur la table basse si je me souviens bien). Quelques minutes après nous rejoignent trois cadres du Marketing dont le Directeur Marketing qui ont rendez-vous avec le PDG pour une réunion. Quelques échanges très sympathiques là-encore. Pour peu, j’avais presque l’impression que j’allais partir en réunion avec eux !

Et puis soudain, les voilà. M. de Juniac et M. Tréhan passent devant nous et nous les suivons jusque dans le bureau du PDG, appareil photo en mains pour immortaliser le moment. La journaliste du Parisien et son photographe se sont mis de côté, Marina et M. Tréhan également de sorte que j’avais l’impression d’être presque en tête-à-tête avec le PDG de la compagnie qui me fait rêver depuis si longtemps. Présentée d’emblée comme la fan n°1 d’Air France sur Twitter (quel honneur !), M. de Juniac me demande en souriant si je ne voyage qu’avec Air France. Réponse : « Bien sûr ! » Un échange très détendu donc; on a presque peine à croire qu’il traverse une période difficile depuis ses prises de fonction au mois de novembre. Le temps de lui faire part de mon projet professionnel, qu’il m’assure qu’Air France est « une belle maison » (une expression qu’il emploie assez souvent 🙂 ) et place aux photos pour garder un souvenir de ce moment.

Rencontre avec le PDG Air France, A. de Juniac dans son bureau

Puis il est temps de prendre congé, en le remerciant infiniment pour son temps et bien sûr en remerciant M. Tréhan d’avoir organisé cette rencontre que je n’oublierai pas.

Nous prenons ensuite la direction d’un autre bâtiment relié au siège par une grande passerelle. Il s’agit de la « Cité PN« , comprendre Personnel Naviguant. C’est une sorte de ville miniature, à part, dédiée aux PNT (Personnel Naviguant Technique comme les pilotes) et PNC (Personnel Naviguant Commercial). Je consacrerai un article à part à cette visite à venir prochainement !

Nous partons ensuite vers un endroit stratégique, lui aussi très sécurisé, où sont gérés simultanément tous les avions de la compagnie : le Centre de Contrôle des Opérations, le CCO. Quand on y entre, on découvre une salle pleine d’ordinateurs avec plusieurs écrans par personne.

Au coeur du Centre de Contrôle des Opérations Air France

Mais de quoi s’occupe le CCO exactement ? C’est Catherine Jude, la responsable du CCO qui m’en a expliqué tout le fonctionnement.

Au CCO en compagnie de Catherine Jude, Responsable du CCO et de Loïc, le Chef de Quart à ce moment-là

Dès qu’il y a un quelconque problème pour un vol (météorologique qui provoque la fermeture d’un aéroport de secours par exemple), c’est le CCO qui le gère. Ils disposent ainsi d’une cellule météo qui peut entrer en contact avec tout avion en vol pour lui indiquer quels changements sur le plan de vol prévu sont à faire. A l’inverse, les pilotes d’Air France peuvent contacter le CCO pour toute question.

Le CCO s’occupe également de la gestion des retards ou des annulations de vols. Au sein du centre, on trouve ainsi des représentants des pilotes, des responsables de la clientèle, des personnes chargées de gérer les plannings des avions. Tous défendent les intérêts d’une des parties prenantes pour que la décision finale qui sera prise soit la moins pénalisante à la fois pour les clients et pour l’entreprise. Ainsi par exemple, si un avion en provenance de Vienne est en retard alors qu’il doit assurer ensuite un vol vers Rome, c’est le CCO qui va décider si le retard se répercutera effectivement sur le vol vers Rome ou bien si c’est un autre avion disponible à ce moment-là qui va le remplacer tandis que lui assurera une autre destination. Des décisions très importantes se prennent donc au CCO, coeur stratégique d’Air France.

Catherine, responsable CCO en pleines explications

Au moment où j’ai visité le siège d’Air France, le CCO préparait la gestion des grèves des pilotes qui ont eu lieu cette semaine. Et préparer quelque chose alors même qu’on ignore le nombre exact de grévistes, c’est compliqué. Alors oui on râle à cause des grèves, oui on râle parce que notre avion est annulé; mais ce sont les pilotes qui décident de se mettre en grève et derrière, je peux vous assurer que tout le personnel fait son maximum pour que le trafic soit le moins perturbé et le plus fluide possible. Je pense qu’on n’a pas suffisamment conscience de ça et qu’il fallait le souligner.

Alors voilà, cette belle visite du siège d’Air France s’est terminée avec le CCO. J’espère avoir pu vous faire partager le mieux possible ce moment. Encore un immense merci à M. de Juniac pour son temps, à M. Tréhan pour avoir organisé cette visite et cette rencontre, à Marina, ma super guide et photographe officielle, à Catherine pour son temps et ses explications et enfin, à toutes les personnes d’Air France que j’ai pu rencontrer, toutes souriantes et avenantes ! Merci.

Publicités