2 février 2012, 9h. Aéroport Paris-Roissy Charles de Gaulle.

Pour beaucoup de touristes, si l’on en croit les classements internationaux, CDG s’apparente à l’enfer des aéroports. On le taxe volontiers et fréquemment de pire aéroport au monde ou même d’aéroport le plus haï. N’ayant jamais eu l’occasion de fouler le sol des terminaux du premier aéroport français, je fus plus que réjouie de recevoir une invitation d’Aéroports de Paris à venir visiter leurs locaux. Le rendez-vous a été pris le jeudi 2 février; une matinée très fraîche (voire glaciale par -7°) mais sous un soleil radieux, en compagnie d’une quinzaine de blogueurs, tous impatients de commencer la visite. Alors qu’en est-il véritablement ? CDG est-il aussi terrible qu’on veut nous le faire croire ? Retour sur cette visite des coulisses de Paris-Charles de Gaulle.

Vue d’ensemble de CDG dans les locaux d’Aéroports de Paris (photo ADP)

Avant de débuter la visite, petit point sur l’aéroport avec quelques chiffres intéressants pour se situer :

  • 61 millions de passagers en 2011,
  • 3 250 hectares de superficie,
  • Plus de 1300 vols par jour,
  • 300 postes de stationnement avions,
  • 4 pistes…

Direction ensuite le tarmac pour constater l’étendue du 2e aéroport européen et visiter ses installations !

Après un passage obligé par un PIF (Poste d’Inspection Filtrage), embarquement dans un minibus au niveau des places de stationnement des avions de la République Française…

Avions de la République Française

…et à proximité immédiate du Terminal 1, le plus ancien, rénové récemment.

Terminal 1 CDG depuis les locaux ADP

Premier arrêt au niveau du parc des 125 engins de déneigement. Le déneigement d’une piste se fait en plusieurs étapes avec à chaque fois, une machine différente.

Pour rester dans le thème du froid et de la neige, passage par les citernes et les engins chargés du de-icing des avions. 2 400 mètres cubes de glycol (le fameux liquide de dégivrage jaune orangé qu’on peut apercevoir sur les avions en hiver) sont stockés ici. CDG dispose de 16 aires de dégivrage avions. Un dégivrage dure environ 15-20 minutes (selon le type d’avion) et fait effet autant de temps. L’hiver dernier au moment des intempéries, CDG est l’un des rares aéroports à n’avoir pas fermé.

Découverte ensuite de la zone de maintenance Air France, exclusivement réservée à la compagnie nationale.

Puis direction la zone cargo avec le hub européen de FedEx.

Retour ensuite vers les Terminaux avec un passage chez les pompiers, au plus près des véhicules de service plutôt impressionnants. Les pompiers ADP doivent être en 3 minutes maximum sur les lieux d’un incident/accident pour intervenir.

La dernière acquisition des pompiers ADP

En route, on croise de beaux oiseaux…

B747-400F Air France Cargo, l’un des 6 derniers en service
La file d’attente est longue à CDG…1380 vols/jour en moyenne
A340-600 Etihad, l’un des plus longs avions au monde

Arrivée au Terminal 2; le bâtiment tout à gauche reliant les Terminaux A et C sera très bientôt inauguré.

Arrivée ensuite au Terminal 2E…

… au pied duquel se trouve toute une flotte de berlines Air France dédiées aux passagers de Première.

Place à la visite du magnifique Terminal 2E, lumineux, très accueillant. Les boutiques de luxe et les restaurants s’enchaînent pour le plus grand plaisir des voyageurs. Dommage que l’on ne puisse y accéder qu’avec une carte d’embarquement ! On note en ce moment la présence pour le Nouvel An Chinois d’un stand dédié.

Au bout du terminal 2E, une superbe vue sur le tarmac

La visite s’est poursuivie avec la zone de tri bagages, toujours dans le Terminal 2E. Les kilomètres de tapis roulants s’enchaînent dans une « pièce » de 17 mètres de haut et 300 mètres de long si mes souvenirs sont bons. Bien sûr, pas question de faire des photos dans cet endroit très sécurisé. Pour information, votre bagage rejoint la soute de votre avion 10 minutes seulement après avoir été enregistré. Le système de tri de CDG est l’un des plus performants et novateurs au monde.

Après la visite du 2E, retour dans le minibus sur le tarmac à la découverte des Satellites 3 et 4 (le 4 est encore en travaux) qui constituent un prolongement du Terminal 2. C’est là notamment que se trouvent les A380 Air France qui ont bien sûr besoin de passerelles d’embarquement spécifiques pour chaque pont.

A380-800 Air France

De l’autre côté du Satellite, mise en route d’un A320 qui provoque de la fumée en raison de l’excédent de carburant au démarrage.

Et une dernière petite photo du Satellite 3 avant de clore la visite.

En somme, vous l’aurez compris, mon avis quant à CDG est plutôt très positif. L’équipe de la communication d’Aéroports de Paris a été très sympathique et cette invitation (une première pour ADP également) était une très belle initiative.

Je n’ai malheureusement pas pu en une journée tout découvrir et certes, je n’ai pas fait le trajet type de quelqu’un qui sort d’un vol long-courrier de 12h et qui cherche sa correspondance dans le stress, mais j’ai été totalement conquise par tout ce que j’ai pu voir. L’organisation, les panneaux d’affichage, les panneaux d’indication, les terminaux; tout est fait pour que le voyageur passe un bon moment pendant sa correspondance ou avant son départ.

Pour conclure, une étude BVA a indiqué que 85,5% des passagers sont satisfaits de leur passage à CDG. Je pense que ce chiffre parle de lui-même ! Bravo et merci Aéroports de Paris.

Publicités