Prenez les commandes du nouveau 737 Transavia avec le hashtag #TransaviaSEAORY

La réception d’un nouvel avion dans une flotte est toujours un événement pour une compagnie. Certaines en parlent dans la presse et d’autres, comme Transavia, en font un événement ! 

Et oui, notre compagnie verte a encore frappé sur les réseaux sociaux ! Décidément, les (bonnes) initiatives se multiplient pour tisser un lien avec les communautés en ligne. Après la campagne #10ansque et le co-branding d’un avion avec Cheerz dont je vous parlais dans un précédent article, Transavia a mis en place un partenariat avec Uber pour une campagne #UberESCAPE qui vous propose de vous échapper de votre quotidien pendant 48h  vers une destination surprise… Tentant ! 🙂

Et ce n’est pas tout… Transavia réceptionne cette semaine un nouveau Boeing 737 NG. Comme toujours, vous pouvez suivre sur Twitter avec le compte @TVFDeliveryTeam les différentes étapes de la livraison :

Et en plus, pour faire participer les Twittos, Transavia en partenariat avec Boeing vous propose via le hashtag #TransaviaSEAORY de participer à l’arrivée de l’avion à Orly (code Iata ORY) depuis l’usine de Seattle (code Iata SEA). En effet, chaque tweet avec le hashtag en question fera virtuellement avancer l’avion de 6 miles. Et à la clé, un tirage au sort pour faire gagner deux billets A/R.

Tout le détail de l’opération se trouve sur le site dédié : http://transaviaseaory.com/

Alors, prenez les commandes du 737 & rendez-vous sur Twitter jusqu’à vendredi 18 mars pour faire avancer l’avion ! 🙂

Transavia fête ses 10 ans avec ses clients !

2017, c’est l’année des 10 ans de la compagnie Transavia. Et la filiale du groupe Air France-KLM a clairement décidé de fêter l’événement avec ses clients ! Au programme : nouvelle campagne de communication et un avion affichant le sourire des voyageurs…

En janvier, Transavia lançait une nouvelle campagne intitulée « #10ansque » avec l’agence Les Gaulois. Nous découvrions alors via un affichage multi-canal que la compagnie mettait au centre de sa communication ses clients !

Et ce n’est pas tout : un concours était organisé en parallèle entre le 30 janvier et le 01 février sur Twitter. Les internautes étaient invités à partager une anecdote avec le hashtag #10ansque pour tenter de gagner des billets d’avion et… un gâteau personnalisé en fonction de l’anecdote, livré à domicile !

twitter1

Original, drôle, proche de ses clients : une très bonne idée !

Et ce n’est pas tout… Une nouvelle livrée a fait son apparition dans la flotte de Transavia vendredi 3 février et le blog était invité à la présentation de l’appareil à Orly ! Le F-GZHO dont la compagnie a pris réception il y a tout juste 2 ans a atterri à 12h22 précises, en provenance de Shannon où ont été apposés les stickers. La nouvelle livrée que nous avons eu la chance de découvrir en avant-première directement sur le tarmac est le fruit d’une collaboration avec la start-up Cheerz, spécialisée dans le développement de photos. Un concours avait été organisé fin 2016 par Transavia et Cheerz.

cheerz1

L’objectif pour les internautes étaient de partager sur Twitter, Instagram ou encore Facebook, une photo d’eux en train de faire l’avion avec le hashtag #MyPicOnAPlane :

cheerz2

A la clé pour les vainqueurs, des billets d’avion ET voir sa photo affichée sur un avion de la flotte Transavia ! C’est là que nous revenons à ce vendredi après-midi sur le tarmac. Gagnants du concours, équipes Transavia et Cheerz et quelques avgeeks, nous étions tous impatients de découvrir l’avion à son arrivée ! Et quoi de mieux que de descendre sur le tarmac pour découvrir le Boeing 737 avec sa nouvelle livrée ?

to1

to6

to2

to3

to4

to5

Bravo à Transavia pour cette belle animation de sa communauté et des voyageurs sur les réseaux sociaux !

Et rappelons que l’année ne fait que commencer… Parions que Transavia saura nous surprendre et que nous nous souviendrons de leurs 10 ans !

Retour sur le vol inaugural du 1er Boeing 787 Air France

Embarquer sur un vol Paris -> Paris, une hérésie ? Pas pour un(e) passionné(e) ! Et surtout quand il s’agit de découvrir en avant-première, lors d’un vol inaugural, le 1er Boeing 787 de la compagnie Air France ! 1 an après avoir dit adieu à ses Boeings 747 avec 2 vols-boucle, la compagnie nationale tricolore a célébré l’arrivée de son 1er 787 le temps de 4 vols-boucle, uniques et mémorables.

Retour lundi 28/11/2016, jour de la mise en vente des billets pour ces vols si spéciaux. A 10h du matin, Air France diffusait sur ses réseaux sociaux le lien vers le site dédié à la vente. Là où tout s’était fait par téléphone pour le 747, le 787 a droit à son site internet dédié. En quelques clics, j’ai choisi la boucle du dimanche après-midi 8 janvier qui effectuait un tour de France. La possibilité est même donnée de choisir sa place, je sélectionne naturellement une place au hublot, le siège 20A. Le prix de ce vol était de 249€ en classe Economique, 349€ en classe Economy Premium et de 787€ en classe Affaires.

img_4680Après un peu plus d’un mois d’attente, le grand jour arrive. Je prends la direction du terminal 2E où les passagers avaient rendez-vous en zone 10 pour s’enregistrer et récupérer leur carte d’embarquement. J’arrive à l’aéroport sur les coups de 11h. L’agent d’escale très souriante me remet le précieux sésame, customisé pour l’événement & accompagné d’une petite brochure sur l’avion et ses classes.

Je rejoins ensuite la file du contrôle de la PAF. Il y avait énormément de monde à cette heure-ci mais heureusement, à vol exceptionnel, traitement exceptionnel, nous étions invités à emprunter la file SkyPriority. Une vingtaine de minutes plus tard, me voici dans la navette automatique reliant les Halls K, L et M. Notre vol part du Hall M, dans le Satellite S4 inauguré en juin 2012 (retrouvez l’article sur l’inauguration de cet espace en cliquant ici). L’heure tourne et il n’est pas loin de 12h quand je passe le Poste d’Inspection Filtrage. Là encore, les passagers du vol AF789 sont invités à emprunter une file dédiée pour gagner du temps. Cette dernière formalité passée, je me rends en toute hâte à notre porte d’embarquement M44.

img_7220

Première surprise de ce vol, comme cela était annoncé à la réservation, une séance photo au pied de l’avion était organisée avec le photographe Sacha Goldberger. L’avion était en effet entouré de projecteurs, quelle star ! Malheureusement, seuls 80 passagers ont pu bénéficier de cette photo unique sur le tarmac. Nous étions de nombreux déçus mais il est compréhensible que l’accès à la piste ait été rationné. Peut-être aurait-il fallu que ce soit communiqué très clairement  dès le départ ? En tous les cas, pour nous faire patienter avant l’embarquement, deux bars à eau / jus de fruit / café étaient positionnés en porte. L’attente était également le moment idéal pour prendre quelques clichés du nouveau bijou.

img_7222

img_7223

img_4695L’embarquement a débuté vers 13h15. Avant de rejoindre la passerelle menant à l’avion, nous sommes accueillis par des agents Air France tenant des pancartes de bienvenue avec un grand sourire, sympathique ! Encore un signe que ce vol ne ressemble à aucun autre 🙂

A l’entrée dans l’avion, les personnels naviguant nous saluent, je rejoins mon siège 20A. Un sac en toile customisé pour l’événement m’y attend ! A l’intérieur, quelques goodies comme une très jolie casquette, des autocollants ou encore une chiffonnette pour les écrans. L’embarquement aura été rapide, une vingtaine de minutes à peine. Les portes se ferment et l’avion se fait délicatement repousser. Nous visionnons les consignes de sécurité sur le grand écran Panasonic qui équipe les sièges de la classe Economique de ce Boeing 787. La taille et la résolution de ces écrans est vraiment appréciable et à des années-lumières de ce qui se faisait jusque-là chez Air France.

Après les consignes, nouvelle surprise : c’est Gérard Feldzer, ancien pilote Air France & chroniqueur expert et passionné d’aéronautique qui prend le micro pour se présenter et nous annoncer qu’il sera notre conférencier de bord et qu’il répondra à nos questions sur ce nouvel avion pour Air France.

Et après ces quelques mots, alors que le menu du vol nous est distribué, c’est une nouvelle vidéo qui débute : celle d’un autre ancien pilote d’Air France, aujourd’hui astronaute à bord de la Station Spatiale Internationale, Thomas Pesquet. Se voir souhaiter la bienvenue à bord et un bon vol de la part d’un astronaute, un bel honneur et un beau clin d’oeil, merci Thomas ! Pour que vous puissiez en profiter également, je vous ai filmé son message :

Nous voici alors en bout de piste, prêts à nous envoler pour ce tour de France. Le Dreamliner accélère, tout en douceur, quasiment sans un bruit avant de s’arracher du bitume. Certes nous n’étions que peu chargés puisqu’il n’y avait aucun bagage en soute, mais tout de même, cet avion est réputé pour être silencieux. Je vous propose de retrouver ma vidéo du décollage ci-dessous :

La météo était particulièrement triste ce 8 janvier, avec un plafond nuageux très bas et de la pluie. Nous étions tous contents de passer au-dessus de la couche nuageuse et d’y trouver le soleil ! Après le décollage, Gérard Feldzer reprend le micro pour nous donner d’autres informations sur l’avion et nous annoncer qu’il fera un tour dans la cabine pour répondre à nos questions. Dès que le signal lumineux « attachez vos ceintures » s’éteint, plusieurs passagers commencent à se lever pour circuler dans l’avion. Le ton est donné : ce n’est pas un vol comme les autres et nous pourrons nous déplacer librement pour découvrir l’avion et bavarder entre passionnés et avec l’équipage ! Mais avant toute chose, tout le monde est invité à regagner sa place pour que la collation puisse être servie. En attendant que le service débute, j’apprécie la vue par les grands hublots alors que nous faisons route vers l’Est et plus particulièrement vers les Alpes. Après une vingtaine de minutes de vol, je distingue déjà au loin quelques sommets enneigés se détachant des nuages. La lune s’invite également dans le paysage.

img_7267

img_7254

img_7252Nous sommes servis au moment où nous commençons le survol des Alpes. Je savoure donc un verre de Champagne ainsi que la collation du jour – sandwich comté-jambon-beurre-moutarde / mini-flan tomates-basilic / financier à la praline rose / chou au chocolat / salade de mangues / petits rochers – en jetant des coups d’oeil émerveillés à l’extérieur sur les sommets. Unique !

Le commandant de bord, qui nous a donné des indications géographiques tout au long du voyage, nous dit alors que nous faisons route vers Marseille et la Méditerranée.

Après avoir été desservis de nos plateaux, Gérard Feldzer commence son tour dans la cabine, qui durera finalement tout le voyage. D’une grande générosité, il a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées et s’est très gentiment prêté au jeu des photos et des autographes. Par chance, il s’est arrêté au niveau de ma rangée et j’ai donc également pu discuter quelques instants avec lui et obtenir une dédicace du menu ainsi qu’une photo souvenir. Mémorable 🙂

img_7275

Je pars ensuite pour un tour et commence par me diriger vers le fond de la cabine. C’est assez marrant de voir tout le monde debout, converser ; c’est vraiment unique 🙂 Les PNC nous font visiter les galleys, leurs espaces de repos et échangent avec nous leurs impressions sur ce nouvel avion qui leur accorde plus d’espace pour travailler. L’heure est également au partage d’anecdotes de ces personnels dont l’expérience n’est plus à confirmer. En effet, toutes les hôtesses et stewards du vol ou presque étaient des instructeurs, qui formeront les futurs personnels naviguant sur le 787.

Je repars ensuite vers l’avant de l’avion. Le cockpit est ouvert (encore quelque-chose d’unique et d’exceptionnel) pour que les passagers puissent venir à la rencontre des pilotes. Une file dans chaque allée s’est ainsi formée, occupant toute la longueur de la classe Affaires. C’est sûr, ce n’est pas le vol qu’il fallait choisir si on voulait être tranquille en Business ! Nous sommes alors à un peu plus de 3/4 d’heure de l’atterrissage, j’espère arriver à temps au cockpit avant le début de l’atterrissage. En attendant, c’est l’occasion de prendre des clichés :

img_7290

img_7294

Alors que nous attendons, une hôtesse annonce que 3 passagers fêtent leur anniversaire et qu’ils sont invités à rejoindre l’équipage au galley. Les chanceux se voient remettre une maquette du 787 puis se dirigent vers le cockpit pour un instant privilégié avec le Captain. Belle surprise 🙂 Quelques minutes après, comme nous le redoutions, nous sommes invités à regagner nos sièges en vue du début de l’atterrissage. C’est dommage mais les pilotes seront à nouveau disponibles après l’atterrissage, la sécurité avant tout ! Je rejoins donc ma place.

img_7300Alors que nous passons à la verticale du Mont-Saint-Michel, la couche nuageuse nous empêche de profiter de la vue. Nous poursuivons notre route vers CDG et j’en profite pour tester le système d’assombrissement du hublot et l’IFE.

Ce sont 5 teintes qui sont disponibles sur l’assombrissement du hublot. C’est vraiment très agréable car cela évite de se couper totalement de la vue comme c’est le cas avec un cache-hublot, quand le soleil se fait trop éblouissant à 11 000 mètres d’altitude.

L’IFE Panasonic quant à lui propose une belle sélection de films / séries / musique et surtout, comme je vous en parlais plus tôt, l’écran est très grand. On est loin des écrans aujourd’hui encore proposés dans d’anciennes cabines long-courrier Air France. On y trouve également une prise USB, bien pratique pour brancher les appareils nécessitant d’être rechargés (à noter qu’une prise est également disponible pour chaque voyageur). Enfin, mon coup de coeur côté IFE va à la partie suivi du vol qui donne en temps réel de nombreuses possibilités de visualisation de l’avion. On peut jouer avec l’inclinaison de la map, l’orientation, zoomer/dézoomer, choisir l’angle de vue de l’avion ou encore opter pour une vision « pilote »; la navigation tactile est très intuitive :

img_7244

img_7309

img_7315Nous poursuivons notre descente vers Paris et son plafond nuagueux, à la lueur d’un soleil qui descend doucement. Les membres de l’équipage passent parmi nous, en s’arrêtant à chaque rangée, pour s’assurer que notre vol s’est déroulé comme nous le souhaitions. Ils ont eu des mots personnalisés pour chaque passager, adorable de leur part !

Ce vol de 2h30 sera passé beaucoup trop vite mais tout le monde en aura savouré chaque seconde. Alors que nous touchons la piste de CDG, toute la cabine applaudit en choeur. Pendant le roulage, Gérard Feldzer reprend la parole au micro pour clore ce voyage avec quelques mots bien choisis.

Je vous propose de retrouver la vidéo de l’atterrissage et du roulage ci-dessous (avec pour commencer, de belles images du moment où l’avion est entré dans la couche nuageuse !) :

A la descente de l’avion, nous nous voyons remettre un Certificat de vol signé par le Commandant de bord. C’est ainsi que s’achève ce vol inaugural, avec de nombreux souvenirs entre les mains et dans la tête ! Merci à Air France pour l’organisation de ces vols exceptionnels, merci aux équipages qui ont participé à rendre ce vol unique, merci à Gérard Feldzer pour sa gentillesse et son sens du partage.

Et… on remet ça pour l’A350 dans 2 ans ? 🙂

img_4837

Et…bonne année !

bonne-annee-bis

✈BONNE ANNEE 2017 A TOUS !

2016 a tiré sa révérence et l’heure est venue de vous souhaiter pour cette nouvelle année d’être en pleine forme, de profiter de moments de bonheur avec vos proches & de découvrir de nouveaux horizons.

Le choix d’une de mes photos du Boeing 787 Air France prise début décembre s’imposait puisque c’est maintenant dans moins d’une semaine qu’auront lieux les vols-boucles pour découvrir le Dreamliner ! Je serai présente sur celui du 08/01 après-midi et ne manquerai pas de partager avec vous tous les détails de ce vol exceptionnel.

✽ En attendant, débutez bien l’année et prenez soin de vous ✽

Air France accueille avec fierté son 1er Boeing 787

C’est à 8h52 précises que le vol de convoyage n° AF787V a atterri hier matin à CDG. Le Boeing 787, tout droit sorti des usines d’Everett, était attendu de pied ferme par les passionnés et les salariés d’Air France, malgré le froid et le brouillard matinal. Et comme on les comprend ! L’arrivée du Dreamliner dans la flotte de la compagnie tricolore « marque une nouvelle étape dans la modernisation de [la] flotte et offrira les meilleurs produits d’Air France [aux] clients », dixit Franck Terner, le Directeur Général d’Air France fraîchement nommé il y a 1 mois.

Aviation Geekette’s Blog était invité à découvrir le 787 lors de la conférence de presse organisée en début d’après-midi. Après un accueil des plus agréables au Lounge Air France au sein du Terminal 2E Hall M, nous nous rendons en porte M48. Coups d’oeil à gauche, coups d’oeil à droite, je ne vois pas encore l’avion stationné.

La conférence de presse démarre, Franck Terner prend la parole, entouré de personnels Air France, pour nous présenter le nouveau bijou de la compagnie.

img_7112

Premier point à retenir, ce 787 est le premier d’une série de 10 appareils commandés. Ceux-ci rejoindront progressivement la flotte d’ici 2019. Ils remplaceront ainsi les A340 et permettront de réaliser une économie de carburant de l’ordre de 20% sur les mêmes trajets (à noter que cette économie est vérifiée sur les appareils de type 787-8 mais qu’Air France a commandé des 787-9 permettant d’installer davantage de sièges et réduisant donc un peu l’économie prévue). La réduction de la consommation permettra à la compagnie d’envisager plus sereinement la probable remontée du coût du carburant.

Côté produit, le 787 se veut l’ambassadeur de ce qui se fait de mieux chez Air France. On retiendra le nouvel IFE (système de divertissement à bord) proposé sur des écrans HD avec une dimension très appréciable, les nouveaux sièges de la Premium Economy plus spacieux & insérés dans une coque, le wifi disponible. L’avion lui-même propose de grands hublots et une pressurisation et hygrométrie plus adaptées pour rendre le voyage plus confortable.

Pour clore la conférence de presse, Franck Terner nous propose de tourner la tête et c’est là que nous apercevons l’avion ! Une jolie musique en fond, l’avion au roulage amorce un virage à 90° pour nous faire face et s’avance sous un water salute des pompiers de Paris Aéroport (son 2e de la journée mais il fallait bien ça !  😉 ). Splendide !

img_7115

img_7119

Une fois le Dreamliner arrivé à son point de stationnement, nous sommes divisés en groupe d’une dizaine de personnes pour tour à tour descendre sur la piste. L’occasion rêvée de le découvrir et de le photographier sous tous les angles !

img_7126

img_7129

img_7135

img_7152

Le commandant de bord du B787 et chef du projet 787 chez Air France, Monsieur Thierry Bellot, nous a fait l’honneur de descendre sur le tarmac pour une petite séance photo devant sa machine. Il travaille depuis 2013 sur le programme 787 comme il l’explique dans cette vidéo de la compagnie.

img_7162

img_7168

img_7171

Après l’avoir observé sous toutes les coutures de l’extérieur, nous empruntons l’escabeau à l’arrière de l’appareil pour découvrir l’intérieur de l’avion. Nous commençons par les deux cabines de la classe Economique qui comptent 225 sièges, configurés en 3-3-3.

img_7176

img_7181

img_7183

img_7185

img_7187

L’élément le plus appréciable de la classe Economique concerne la taille des écrans de l’IFE. L’évolution de la résolution et de la qualité des écrans est impressionnante.

Les plus observateurs d’entre vous se demanderont mais où sont passés les caches-hublots ? Et bien il n’y en a pas ! Mais n’ayez crainte, cela ne signifie pas que votre confort a été sacrifié au prix de grammes gagnés sur le poids total de l’avion. Les hublots sont eux aussi des petites merveilles de technologies car le petit bouton que vous pouvez observer en-dessous de la fenêtre sert en fait à régler l’intensité lumineuse. L’équipage peut également régler la teinte des hublots.

img_7188

Le Mood-Lighting est également à l’honneur dans le 787 avec notamment ces espaces de lumière douce centraux au niveau des galleys que l’équipage peut modifier à sa guise.

Passons à présent à la classe Premium Economy de 21 places dont les sièges sont la nouveauté de cet avion.
img_7206

img_7207

Ces sièges sont pour la première fois intégrés dans des coques. Leur inclinaison s’améliore et on apprécie l’augmentation d’espace, une vraie Premium Economy en somme.

Un coup d’oeil par les grands hublots me permet d’apercevoir des cousins A380 🙂

img_7205

Place à présent à la classe Affaires de 30 places, il s’agit des sièges Cirrus de Zodiac Aerospace déjà connus avec leur fameux cocon. Au programme, de l’élégance toujours, des espaces de rangement bien pratiques, un siège qui se transforme en lit totalement plat :

img_7210

img_7213

img_7215

Privilège ultime, nous terminons la visite par un passage dans le cockpit où nous retrouvons le commandant Bellot.

img_7217

C’est un plaisir d’échanger avec le Commandant Bellot dont on sent la passion et la fierté de travailler sur le 787, un bijou de technologie et d’électronique. Pensons également aux PNC qui bénéficient de plus d’espace dans les galleys pour travailler. La visite du 787 s’arrête ici mais l’aventure ne fait que commencer ! 2 vols d’entraînement auront lieu en décembre, suivis de 4 vols-boucle Paris-Paris de 2h30 organisés les 7 et 8 janvier. Ces 4 vols, commercialisés depuis lundi, sont un excellent moyen de découvrir le Dreamliner et de passer un moment privilégié ! Il ne reste plus que quelques places disponibles (à partir de 249€ en classe Economique) : http://www.airfrance.fr/FR/fr/local/resainfovol/meilleuresoffres/air-france-B787.html J’ai réservé ma place…et vous ? 😉

Le 787 débutera ensuite son service à partir du lundi 9 janvier vers le Caire. Le second 787 rejoindra Air France courant avril et desservira Montréal dès le mois de mai.

Un grand merci à Air France pour l’organisation de cet événement à la hauteur de la beauté du 787 ! J’aurai grand plaisir à retrouver l’avion le 8 janvier ! Alors, au revoir et à bientôt… 🙂
img_7201

instant Paris, le nouvel espace lounge à CDG pour les passagers en correspondance

Et si la correspondance en aéroport se transformait en un moment de détente ? Que vous voyagiez seul ou en famille, pour affaires ou pour les vacances, Paris Aéroport a imaginé pour vous un espace lounge de correspondance répondant à toutes vos envies.

C’est Franck Goldanel, Directeur Général de l’aéroport Charles-de-Gaulle et Laure Baume, Directrice Générale Adjointe et Directrice Clients de Paris Aéroport qui ont accueilli la presse ce lundi 7 novembre 2016 dans ce tout nouvel espace lounge appelé « Instant Paris ».  Situé en zone réservée, il est accessible uniquement aux voyageurs en correspondance au sein du Terminal 2E hall L, après les contrôles de police et avant les contrôles de sûreté.

img_7108

img_7085

L’objectif de cet espace est avant tout de donner aux voyageurs étrangers l’envie de passer par Paris pour leur correspondance, plutôt que par Francfort par exemple. C’est ainsi que dans la lignée de la nouvelle signature de Paris Aéroport « Paris vous aime », l’accent a été mis sur l’ambiance et le charme parisiens. Même s’ils ne passent qu’en correspondance, les voyageurs doivent avoir le sentiment d’avoir vu et vécu dans Paris. La décoration très soignée est ainsi des plus raffinées et reprend les codes de l’intérieur d’un appartement Haussmanien. Comble du luxe, vous pouvez apercevoir par certaines fenêtres artificielles la Tour Eiffel, dans les conditions météo réelles de l’instant. Elle était par exemple aujourd’hui quelque peu cachée dans le brouillard.

img_7080

Destiné aux passagers dont le temps de correspondance est d’au moins trois heures, instant Paris se profile tout en longueur. Les espaces se succèdent, allant du plus dynamique à l’entrée au plus reposant au bout de la galerie. On y trouve de quoi combler toutes les envies des voyageurs :

  • Pour les familles d’abord et ceux qui ont envie de se divertir, on découvre en arrivant un espace ouvert et lumineux, dans lequel on aperçoit avec amusement une Tour Eiffel tout en Kapla. La marque s’est associée à Paris Aéroport pour proposer aux enfants de jouer avec leurs célèbres briquettes de bois et d’oublier pendant quelques instants qu’ils sont dans un aéroport. D’autres animations sont disponibles, comme le « Timescope », une borne qui vous immerge via la réalité virtuelle dans le Paris d’antan ou encore un grand écran central sur lequel seront diffusés des moment-clés de la vie parisienne comme la Fashion Week, en alternance avec des documentaires sur l’histoire de la ville

img_7107

  • Pour ceux qui souhaiteraient passer un moment plus au calme, il y a le salon « bibliothèque », un espace où se trouvent des livres en libre-service et où on peut savourer des instants de tranquillité, confortablement installé dans les canapés ou les fauteuils faisant face à une cheminée

img_7076

Pour tous, un espace de restauration avec la chaîne Naked est disponible à l’entrée, de même qu’une grande table à l’esprit familial plus au fond du lobby. On y retrouve des distributeurs et des tablettes avec des contenus presse et multimédias.

img_7086

Et enfin, pour ceux qui ressentiraient le besoin de se reposer entre deux vols, la chaîne Yotel propose comme dans les aéroports de Londres, New York et Amsterdam, des chambres cosy YotelAir. Vous pourrez vous y installer au minimum pour 4h et au maximum pour une nuit. Environ 80 chambres composent cet hôtel d’aéroport, dont 68 chambres double standard et quelques chambres familiales qui disposent de deux lits superposés en plus d’un lit double. Un beau luxe que d’avoir cet espace pour se reposer ! Autre formule possible, des espaces de douche sont disponibles pour se rafraîchir.

img_7078

img_7093

img_7101

img_7099

En somme, c’est un bel espace pour tous les voyageurs que nous propose Paris Aéroport. Zen, convivial, doux, une lumière apaisante dans chaque espace, instant Paris invite à la sérénité et s’inscrit totalement dans la philosophie nouvelle d’amener la ville de Paris à l’aéroport. Reste à espérer que les voyageurs internationaux Skyteam seront conquis et choisiront Charles-de-Gaulle pour leur correspondance !

Vol Paris – New York avec OpenSkies en Boeing 757 – Classe Prem Plus

Comme je vous en parlais fin août, j’avais réservé des billets Paris – New York avec OpenSkies sur vente-privee.com qui proposait une offre exclusive en partenariat avec MisterFly. L’occasion était idéale de découvrir la compagnie française, filiale de British Airways, qui opère exclusivement sur l’axe Paris – New York. Sa promesse est claire : nous faire voyager dans un confort unique, dans des appareils de taille réduite permettant des embarquements/débarquements rapides et simples. Sur un axe aussi concurrentiel où les compagnies nationales exploitent des gros voire très gros porteurs comme l’A380, ça donne envie ! Je vais ainsi partager avec vous mon expérience de voyage avec OpenSkies en classe Prem Plus puisque la compagnie a eu la gentillesse de m’inviter à tester leur classe Premium lors du vol aller de jour en Boeing 757.

Il s’agissait du vol BA 8003 du 11/09 (une date hautement symbolique pour un vol vers NYC), départ à 13h40 pour une arrivée à l’aéroport de Newark prévue à 16h25. Me voilà donc en route vers l’aéroport d’Orly Ouest, un chemin fluide et sans encombre grâce à l’Orlybus. Une fois dans l’aérogare environ 1h30 avant le départ, direction le hall 3 pour procéder à l’enregistrement. L’espace dédié à British Airways & OpenSkies y est bien visible. Il y avait 5 guichets ouverts et peu de monde, l’attente était donc très réduite, premier avantage de voyager dans des avions de petite capacité.

img_3981

 

img_3985Je réceptionne ma carte d’embarquement et découvre avec bonheur un surclassement en classe Prem Plus, merci OpenSkies ! Direction ensuite la PAF pour le contrôle des passeports et le PIF (Poste Inspection Filtrage) pour le contrôle des bagages et personnes. Un 777 Air France vers Fort-de-France doit partir 10 minutes avant mon vol, cela rend le passage des PAF et PIF un peu long mais je finis par arriver en salle d’embarquement, un peu moins d’une heure avant le départ prévu. Il se sera passé une trentaine de minutes entre l’arrivée à l’aéroport et l’arrivée en salle d’embarquement, un temps de parcours là aussi réduit. L’espace dans la salle n’étant pas énorme, nous nous retrouvons nombreux avec les passagers Air France. Heureusement l’embarquement du vol pour la Martinique commence rapidement et des sièges se libèrent. Voyager dans un avion de taille réduite permet d’éviter les embarquements qui durent 1h voire plus, un vrai avantage avec OpenSkies !

13h20, l’embarquement commence et je me dirige tranquillement vers la porte 31. Depuis la salle, je n’aperçois pas encore mon avion mais je crois savoir qu’il s’agira du Boeing 767 intégré depuis la fin août à la flotte OpenSkies. En effet, cet avion qui faisait auparavant partie de la flotte British Airways effectue les rotations des vols BA 8003 et BA 8004 entre Orly et Newark. Vous pouvez consulter l’article du mois d’août pour plus d’informations à ce sujet en cliquant ici. Une fois le billet scanné et le passeport vérifié, me voilà dans le couloir d’embarquement et là, surprise, le nez de l’appareil que je vois apparaître est celui d’un Boeing 757 ! Cet avion plus petit que le 767 est un mono-couloir. Il s’agit du type d’appareil opéré depuis toujours par OpenSkies qui en compte 3 en service. Configuré en 3 classes (Economique, Prem Plus et Biz Bed), il ne compte que 114 sièges versus 184 pour le 767, ce qui reste dans tous les cas dérisoire par rapport aux 300 à plus de 500 sièges des autres compagnies. C’est donc le F-HAVI qui m’emmènera à New York !

img_3986

Entrons à présent dans l’avion pour découvrir la classe Prem Plus. Je passe d’abord par la cabine Biz Bed où les gens s’installent puis j’arrive dans la cabine Prem Plus à mon siège 08A.

Voici la description de cette classe « Economique supérieure » faite sur le site de British Airways : Bienvenue en classe Prem Plus, la classe qui vous aide à rendre votre vol un peu plus confortable. Installé dans une cabine élégante offrant confort et style, vous ne manquerez pas d’espace personnel dans votre grand siège en cuir, disposerez de plus d’espace pour les jambes que dans notre cabine économique et bénéficierez d’une plus grande inclinaison du dossier à bord des appareils Boeing 757. Avec seulement 28 sièges répartis par groupes de deux, l’atmosphère est très intime. Que vous voyagiez pour le plaisir ou pour affaires, vous pouvez créer un environnement calme et personnel en Prem Plus et arriver à destination frais et disponible, prêt pour la journée qui vous attend.

img_5707

Très clairement côté espace, pour une classe « Economique supérieure », on est bien au-delà de ce qui est proposé sur les autres compagnies. J’ai été vraiment surprise en arrivant à mon siège, l’écart dans le 757 entre le pitch de la classe Eco et de la classe Prem Plus est très important. Les sièges en eux-mêmes sont très spacieux et tout en cuir comme annoncé. Pour que vous vous fassiez une meilleure idée, on passe d’une configuration 3-3 à 2-2 et ce ne sont pas moins de 3 hublots auxquels on a accès depuis sa place.

 

img_5712

En m’installant, je trouve sur mon siège : un casque Bose anti-bruits, un oreiller, une couverture, une bouteille d’eau et une trousse de confort composée d’un masque de nuit, de chaussettes, de boules quies et d’une brosse à dents.

L’embarquement très rapide est réalisé en une quinzaine de minutes. Il est temps d’attacher et d’ajuster notre ceinture et de décoller ! Nous quittons le sol français vers 14h.

Le temps de vol annoncé pour rejoindre New-York était de 7h55 pour une arrivée à Newark sur les coups de 16h, en avance de 20 minutes sur l’horaire prévu. Peu après le décollage, les Ipads qui constituent le système de divertissement à bord sont distribués par l’équipage. Je découvre donc « High Life Entertainment », l’IFE (In Flight Entertainment) de OpenSkies et British Airways. On y trouve des traditionnels films & séries, pistes audios et jeux. Le point fort est la présence de contenus français et anglais parfaitement adaptés sur cet axe Paris – New York. Par rapport aux IFE intégrés dans les sièges sur les autres compagnies, on peut apprécier la taille de l’écran et la réactivité du tactile de la tablette Apple. Ne manque qu’une chose que j’apprécie particulièrement dans un avion : les informations de géolocalisation, vitesse, altitude etc en temps réel. A noter également : sur les séries, seul 1 épisode d’une seule saison est disponible. C’est frustrant, on aurait envie de voir la suite 😉 Globalement, la quantité de contenus disponibles semble moins importante que sur les autres compagnies mais cela suffit pour la durée du voyage. J’ai par exemple regardé 2 films, 1 épisode de série et écouté un album audio !

Mention spéciale pour le casque anti-bruits Bose qui remplit très bien son rôle. Il faut dire que le 757 est un avion de 25 ans qui est bruyant par rapport à ce qui se fait depuis, le casque est donc le bienvenu.

En classe Prem Plus, les sièges sont équipés d’un bras à déployer sur lequel on peut fixer l’Ipad. 

img_5721img_5749

 

 

 

 

 

 

 

 

Environ 1h après le décollage, l’équipage nous propose un apéritif avec un large choix de boissons alcoolisées et non-alcoolisées accompagnées de « Pretzels », so american. Peu après a suivi un service de repas, composé de 4 plats en classe Prem Plus. Le déjeuner fut très agréable, bien au-delà de la qualité des plateaux servis en classe Economique. Il faut dire qu’il est sympathique également de déjeuner avec des couverts, plats et verres qui ne sont pas en plastique 🙂 Au menu sur ce vol : une salade avec une brochette de poulet en entrée, un plat de pâtes et légumes avec du poulet en plat, une portion de camembert pour le fromage et une tarte au citron meringuée en dessert. Durant le repas, l’équipage passait pour nous approvisionner en pain. A noter également, du vin est disponible pour accompagner votre repas.

img_5723

Après ce déjeuner, place à la détente et au repos. Quelques coups d’oeil aussi par les 3 hublots (!) pour profiter de la vue du ciel toujours aussi magique.

img_5739

img_5750

img_5725Les heures passent dans un très bon confort et vient le temps de l’encas avant atterrissage. Distribué dans une petite boîte, il s’agissait d’un sandwich et d’un yaourt à boire.

Tranquillement, nous débutons la descente vers l’aéroport de Newark Liberty et je vois au loin se détachant du sol les gratte-ciels de la skyline de New York. L’approche aux alentours de l’aéroport et l’atterrissage qui ont duré une trentaine de minutes au total ont été plutôt mouvementés. L’avion bougeait beaucoup et je n’ai pas été mécontente quand nous avons touché le sol new-yorkais, là aussi de manière assez brutale. Je ne sais pas si c’est usuel sur New York ou sur cet aéroport en particulier.

L’atterrissage en vidéo :

On découvre l’aéroport lors du roulage ainsi que la skyline, bienvenue à New York !

img_5769

img_5773

Une fois arrivés à notre point de stationnement vers 16h bien en avance sur l’horaire prévu, le débarquement se fait très rapidement puisque nous sommes positionnés à l’avant de l’avion et que le nombre de passagers est réduit. L’occasion de saluer l’équipage qui mixe personnels anglais et français et de les remercier pour leurs sourires, leurs attentions et leur professionnalisme au cours du voyage.

Pour résumer cette expérience en classe Prem Plus en 757 OpenSkies : cette classe offre un confort et un espace inégalés par rapport au produit « Eco Plus » des autres compagnies. Je ne définirais vraiment pas cette classe comme de l’Economique supérieure mais bien comme de la classe Affaires qui serait un intermédiaire à une première classe représentée par les sièges Biz Bed. En outre, voyager à bord d’un avion de cette taille présente des avantages clairs, quelle que soit la classe de voyage : enregistrement, embarquement et débarquement sont très rapides, ce qui permet également à l’arrivée à New York de passer plus rapidement la douane qu’en débarquant avec 500 autres passagers. La promesse proposée par OpenSkies est donc largement respectée et le rapport qualité-prix excellent !